Agnès Grey d’Anne Brontë – grand classique

Agnès Grey d’Anne Brontë

Découvrez la troisième soeur Brontë, la moins connue, et suivez l’histoire de cette jeune femme courageuse et droite. Agnès Grey : un roman tout en nuances (du gris sombre à l’éclaircissement final)

Thème : grey

romance, littérature classique, ebook gratuit, condition des femmes, XIXème siècle, éducation, amour

L’intrigue : grey

Agnès a 19 ans lorsqu’elle décide de devenir gouvernante. Son père vicaire et sa mère, une lady qui a fait un mariage d’amour en dessous de sa condition sociale, lui ont fourni une éducation poussée. Les revers de fortune de la famille poussent Agnès à s’engager tout d’abord auprès de la famille Bloomfield pour enseigner et s’occuper de leurs deux enfants. Mais ceux-ci se révèlent être de cruels petits êtres gâtés par des parents qui préfèrent rester aveugles devant leurs méfaits. Agnès tente de toutes ses forces de leur inculquer ses valeurs de bien et de mal, de respect d’autrui. Mais sa jeunesse, son caractère très réservé et l’attitude des parents envers elle lui donnent bien des difficultés.

Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey 

3 bonnes raisons de lire   » Agnès Grey  » :  grey

  • Voici le récit d’une jeune femme qui affronte l’adversité avec courage. Pas de violence ou de maltraitance physique dans ce récit, mais simplement une attitude de la part de ceux qui l’emploient qui la rabaissent constamment, lui faisant sentir l’écart de classe sociale entre eux, et s’amusant à être cruels avec elle. Les souffrances n’en sont pas amoindries pour autant. Mais Agnès reste digne. Elle nous raconte son histoire comme à un journal intime et nous fait part de ses observations et ses pensées profondes. Tout doucement, on s’attache à ce personnage doux et réservé et tout au long du roman, on espère, comme elle, que sa bonté sera récompensée. Une histoire toute en finesse, une belle histoire d’amour.
  • Au travers de ce roman, on se rend compte des moeurs de l’époque. Certains passages concernant tout particulièrement l’éducation des enfants, les différences de classes et la condition des femmes pourraient faire frémir aujourd’hui. On découvre là la vie d’une gouvernante, dépeinte avec un réalisme parfois choquant. Et pourtant, c’est toujours avec douceur et poésie qu’Agnès nous trace sa vie.
  • Bienvenue dans le monde de la littérature, avec ses beaux textes raffinés. A tous ceux qui n’y sont pas habitués, les tournures de phrases longues, les descriptions et pensées pourraient être rebutantes. Mais ceux qui aiment vraiment lire seront comblés. C’est la raison pour laquelle j’ai classé ce roman  » grand lecteur ».
Agnès Grey d'Anne Brontë : un récit qui dépeint avec dureté le monde des gouvernantes au XIXème. Un petit air de Jane Austen en plus sombre.
Agnès Grey d’Anne Brontë : un récit qui dépeint avec dureté le monde des gouvernantes au XIXème. Un petit air de Jane Austen en plus sombre.

Anecdotes à raconter à la machine à café : grey

Anne était lasse des êtres humains lorsqu’elle écrivit ce roman!

Après avoir été renvoyé de son premier emploi de gouvernante, Anne Brontë travailla 5 ans pour les Robinsons. Mais elle fit une erreur : celle d’introduire et recommander son frère Branwell comme tuteur de leur fils. Celui-ci eu une aventure avec Mme Robinsons et Anne quitta cette famille. Profondément déçue et dépitée, elle écrit alors qu’elle était lasse de l’humanité et des êtres humains et de leurs manières dégoûtantes. Lorsqu’elle rentra chez elle, elle rapportait ce qu’elle appelait alors « passages de la vie d’une personne » qui allait devenir Agnès Grey.

Le public a été choqué lors de la sortie du roman. Mais pas pour ce que l’on pourrait penser…

voir un peu plus bas…

Envie de lire « Agnès Grey  » tout de suite? Suivez le lien vers le livre : grey

Avez-vous envie de faire comme moi et de découvrir ce roman en l’écoutant? Oui, en l’écoutant. Depuis peu, lassée par les émissions de radio peu attrayantes, je me suis mise à écouter sur le trajet du travail, dans ma voiture, des romans en audio livres. Je recommande ce mode à tous ceux qui ont peu de temps pour lire. Voici où vous pourrez trouver ce roman à télécharger gratuitement en audio livre :

Agnès Grey audio book en Français

Agnès Grey audio book en Anglais

Vous préférez lire en numérique : voici le lien (le téléchargement est gratuit puisque le roman est libre de droits). C’est également le gros avantage du numérique!

télécharger sous de multiples formats ici – possibilité de télécharger directement sur votre smart phone.

Enfin, pour tous ceux qui ne peuvent se passer du format papier, voici où vous pourrez acheter ce roman :

 

 » Agnès Grey  » vous a plu? Pour aller plus loin, grey

La source d’inspiration grey

Agnès, c’est Anne bien sûr. A l’époque où elle entame son roman, elle est gouvernante. Elle a probablement souffert de ce statut si particulier, qui la place en inférieure des maîtres des lieux, mais un peu au-dessus des domestiques, si bien qu’elle n’est l’amie de personne et ne peut discuter vraiment avec personne. Elle a publié son roman sou un nom de plume, comme ses soeurs. Le sien : Acton Bell. Mais si toutes les soeurs Brontë ont choisi des noms masculins pour ne pas rebuter les lecteurs peu enclins à accepter les oeuvres de femmes, Anne avait probablement une raison supplémentaire de se cacher derrière ce nom d’emprunt : le fait  très probable qu’elle s’inspirait de ce qu’elle vivait pour écrire et que cela ne montrait pas ses maîtres et ses élèves sous un beau jour.

Il y a par ailleurs beaucoup de ressemblances avec la vie d’Anne qui se retrouvent dans celle d’Agnès et sont, elles faciles à prouver :

  • Anne et Agnès sont toutes deux filles de clerc
  • Anne et Agnès sont issue d’une famille de six enfants, et sont les petites dernières.
  • Elles sont toutes deux issues de familles pauvres et doivent se trouver un travail pour aider leur famille à subsister.
  • Elles ont toutes deux été renvoyées de leur premier emploi.
Agnès Grey : une gouvernante face à des parents hautains et des enfants cruels.
Agnès Grey : premier emploi et première rencontre avec les enfants Bloomfield, Tom et Mary-Ann. Ils se révéleront être de bien cruels enfants.

Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey Grey

Chocs lors de la parution du roman grey

Le public de l’époque, s’il a bien accueilli le roman, a été choqué entre autre par une scène : celle du nid d’oiseaux détruit.

Agnès est alors gouvernante dans la famille Bloomfield dont le garçon cruel, Tom, s’amuse à torturer les oiseaux. Lorsqu’Agnès découvre Tom, il est penché au-dessus d’un nid plein de petits oiseaux que son oncle vient de lui donner pour l’encourager à les torturer. Voila ce qu’il projette d’en faire :

« Vous allez voir comment je vais les arranger ! Ma parole, je vais les faire bouillir. Vous verrez si je ne le fais pas. Il y a dans ce nid un rare passe-temps pour moi.

– Mais, Tom, lui dis-je, je ne vous permettrai pas de torturer ces oiseaux. Il faut les tuer tout de suite ou les reporter à l’endroit où vous les avez pris, afin que leurs parents puissent continuer à les nourrir.

– Mais vous ne savez pas où c’est, madame ; il n’y a que moi et l’oncle Robson qui le sachions.

– Si vous ne voulez pas me le dire, je les tuerai moi-même, quelque horreur que j’aie de cela.

– Vous n’oserez pas ! vous n’oserez les toucher, sur votre vie ! parce que vous savez que papa, maman et l’oncle Robson seraient fâchés. Ah ! ah ! je vous ai prise là, miss !

– Je ferai ce que je crois juste en une circonstance de cette sorte, sans consulter personne. Si votre papa et votre maman ne m’approuvent pas, je serai fâchée de les offenser ; mais l’opinion de votre oncle Robson n’est rien pour moi. »

Poussée par le sentiment du devoir, au risque de me rendre malade et d’encourir la colère des parents de mes élèves, je m’emparai d’une large pierre plate qui avait été placée là comme souricière par le jardinier ; puis, non sans avoir de nouveau essayé vainement d’amener le petit tyran à laisser remporter les oiseaux, je lui demandai ce qu’il voulait en faire. Avec une joie diabolique, il m’énuméra sa liste de tourments. Je laissai alors tomber la pierre sur les oiseaux et les écrasai d’un seul coup.

Le public, choqué par cette scène cruelle, reprocha à l’auteur d’avoir été trop loin. Mais Anne insista, indiquant qu’elle n’avait fait que copier scrupuleusement la réalité.

 

L’histoire de la publication du roman grey

A son retour au foyer familial, Anne écrit avec ses soeurs, travaillant ce texte qu’elle avait commencé en tant que gouvernante. Le soir, autour de la table du dîner, les soeurs se lisent mutuellement leur travail, échangent idées et critiques. Quand enfin, elles terminent leurs écrits, c’est ensemble qu’elles envoient leurs 3 manuscrits : Agnès Grey, Les hauts de Hurle-vent, et le professeur. Mais elles n’obtiennent que des réponses négatives.

Puis Charlotte écrit Jane Eyre, une autre histoire de gouvernante, et le succès est immédiat. L’éditeur a alors la bonne idée de penser qu’il pourrait tirer profit à publier les autres romans de cette curieuse famille « Bell » (le nom de plume des trois soeurs). Agnès Grey sortait enfin de l’ombre!

Agnès Grey : un plongeon dans les moeurs et principes d'éducation de l'époque victorienne.
Agnès Grey : un plongeon dans les moeurs et principes d’éducation de l’époque victorienne.

 Extrait d’Agnès Grey – chapitre 17 Confessions grey

Voici un passage que j’ai particulièrement apprécié. Agnès, n’est pas ce qu’on peut appeler une belle femme. Et si, jusqu’ici, elle s’en était peu souciée, elle est maintenant tourmentée par son apparence, parce qu’elle est tombée amoureuse de Mr Weston, sans pouvoir encore se l’avouer à elle-même ou à son journal intime. De belles réflexions qui prennent tout leur sens dans ce contexte et cachent des sentiments profonds.

 

Comme je suis dans la voie des confessions, je puis bien avouer que dans ce temps-là je donnai plus de soin à ma toilette que je n’avais fait auparavant. Il est vrai que j’avais été jusque-là assez insouciante sur ce point. Ce n’était donc pas de ma part, chose rare de passer jusqu’à deux minutes dans la contemplation de mon image au miroir, quoique je ne retirasse aucune consolation d’une semblable étude. Je ne pouvais découvrir aucune beauté dans ces traits marqués, dans ces joues pâles et creuses, et dans mes cheveux bruns ; il pouvait y avoir de l’intelligence dans le front, et de l’expression dans l’œil gris foncé ; mais que signifiait cela ? Un front grec bas et de grands yeux noirs privés de sentiment eussent été estimés de beaucoup préférables. C’est folie que de désirer la beauté ; les personnes sensées ne la désirent pas pour elles-mêmes, et en font peu de cas chez les autres. Pourvu que l’intelligence soit bien cultivée et le cœur bon, on ne s’occupe pas de l’extérieur. Ainsi nous disaient les précepteurs de notre enfance, et ainsi disons-nous à notre tour aux enfants de notre temps. Paroles fort judicieuses et fort convenables assurément ; mais sont-elles justifiées par l’expérience ?

Nous sommes naturellement disposés à aimer ce qui nous donne du plaisir, et quoi de plus agréable qu’un beau visage, au moins quand nous ne savons pas les défauts de celui qui le possède ? Une petite fille aime son oiseau : pourquoi ? Parce qu’il vit et sent ; parce qu’il est faible et impuissant. Un crapaud, également, vit et sent ; il est faible et impuissant aussi ; mais, quoiqu’elle ne voulût point faire de mal à un crapaud, elle ne pourrait l’aimer comme l’oiseau, avec ses gracieuses formes, son doux plumage, ses yeux brillants et intelligents. Si une femme est belle et aimable, elle est louée pour ces deux qualités, mais particulièrement pour la première, par tout le monde ; si elle est désagréable de visage et de caractère, sa laideur, par les observateurs ordinaires, est regardée comme son plus grand défaut, parce que c’est elle qui frappe le plus ; si elle est laide et bonne, et qu’elle mène une vie retirée et ait des manières réservées, nul ne s’apercevra de sa bonté, excepté ceux qui l’entourent immédiatement ; d’autres, au contraire, seront disposés à se former une idée défavorable de son esprit et de ses dispositions, ne fût-ce que pour s’excuser de l’aversion instinctive que leur inspire une personne si disgraciée de la nature ; et vice versa de celle dont les formes angéliques cachent un cœur vicieux, ou répandent un charme faux et trompeur sur des défauts et des faiblesses qui ne seraient point tolérés chez d’autres. Que ceux qui ont la beauté s’en montrent reconnaissants et en fassent bon usage, comme de tout autre talent ; que ceux qui ne l’ont pas s’en consolent et fassent de leur mieux pour s’en passer. Certainement, quoique sujette à être trop estimée, la beauté est un don de Dieu, et ne doit pas être méprisée. Beaucoup comprendront ceci, qui sentent qu’elles pourraient aimer, qu’elles sont dignes d’être aimées, et qui se voient privées, à défaut de beauté, de ce bonheur qu’elles semblent faites pour donner et recevoir. Aussi bien pourrait l’humble femelle du ver luisant déplorer d’être privée du pouvoir qu’elle a de répandre la lumière sans laquelle la mouche errante pourrait passer et repasser mille fois auprès d’elle sans s’arrêter ; elle entendrait son amant ailé bourdonner sur elle et autour d’elle ; lui la cherchant en vain, elle désirant être trouvée, mais n’ayant aucun pouvoir de lui faire connaître sa présence, aucune voix pour l’appeler, aucune aile pour suivre son vol ; la mouche devrait chercher un autre hymen, et le ver vivre et mourir seul.

Agnès Grey : le dur métier de gouvernante dans lequel on dépend des bons vouloirs de ses maîtres.
L’arrivée d’Agnès Grey chez les Murray et la présentation des quatre enfants

 Envie de lire d’autres romans d’amour? Voici mes propositions : grey

Jane Eyre de Charlotte Brontë
Jane Eyre de Charlotte Brontë

Jane Eyre de Charlotte Brontë le roman qui a fait connaître au public les soeurs Brontë, une romance gothique

Hauts de Hurlevent
Les Hauts de Hurlevent à télécharger sur ce blog

Les Hauts de Hurle-Vent d’Emily Brontë le roman le plus sombre et le plus romanesque des trois soeurs Brontë

 

Ma cousine Rachel couverture du livre inspirée du film de 2017
Ma cousine Rachel couverture du livre inspirée du film de 2017

Ma cousine Rachel de Daphne du Maurier est l’auteur qui se rapproche le plus du style gothique des soeurs Brontë.

 

 

Retour vers la bibliothèque

 

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.