Certaines n’avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka

Certaines n’avaient jamais vu la mer

de Julie Otsuka

 Un livre poignant sur un bout de l’histoire des états unis méconnu.
Certaines n’avaient jamais vu la mer, pourtant elles ont pris le bateau pour un aller sans retour vers un pays inconnu, pour épouser un inconnu. Au bout du voyage, tous leurs espoirs d’une vie meilleure?

Thème :

Histoire des Etats-Unis, témoignage, immigration, condition de la femme

L’intrigue :

Au début du XXème siècle pour fuir leur misère, ou attirées par le rêve américain, de très jeunes Japonaises partent aux USA pour se marier avec des hommes Japonais déjà installé là-bas et qui les ont choisies d’après une photo. Ils ont juste échangés quelques lettres. A leur arrivée à San Francisco elles découvrent que les hommes qui se tiennent devant elles dans l’obscurité ne ressemblent pas à ceux de la photo : bien plus vieux, ou plus petits. Certaines jeunes femmes sont choquées de découvrir que celui qui s’était présenté dans ses lettres comme un homme d’affaire fortuné était un forain…Pour beaucoup d’entre elles la vie commence par une bonne dose de trahison et de déception. Mais elles sont trop pauvres pour repartir…

 

3 bonnes raisons de lire  « Certaines n’avaient jamais vu la mer » :

  • Il faut absolument lire ce livre pour son style si particulier et magnifique : Julie Otsuko a réussi là un exploit en décrivant non pas l’histoire d’une de ces femmes, mais simultanément celle de tout un groupe. Tout le livre est écrit grâce à « la voix du nous » (la première personne du pluriel comme l’appelle Julie Otsuka); par la voix de cette centaine de femmes choisies sur photo. Ces témoignages multiples donnent toute sa profondeur au roman.
  • Découvrez cette histoire méconnue du XXème siècle, ces femmes Japonaises migrant vers un pays inconnu, pour y épouser un inconnu qui leur a promis de les sortir de leur misère ; un véritable phénomène de société : rares sont les Américains d’origine Japonaise qui n’ont pas une aïeule qui a fait partie de ces femme « choisies sur photo ».
  • Les phrases sont courtes, les mots tranchent, simples et émouvants. On est sur le bateau avec toutes ces femmes, on fait la traversée entre ces deux mondes avec elles, on partage leurs espoirs, leurs craintes, et leurs déceptions aussi. Vraiment un livre unique.

 

Anecdotes à raconter à la machine à café :

Julie Otzuka est née en Californie d’une mère américaine d’origine japonaise et d’un père japonais. « Certaines n’avaient jamais vu la mer » est son second roman. Il a reçu le Pen Faulkner Award 2012 et le Prix Femina étranger 2012.

Julie Otsuka - Quand l'empereur était un dieu de Julie Otsuka - son premier roman commence lorsque se termine son second roman "Certaines n'avaient jamais vu la mer".
Quand l’empereur était un dieu de Julie Otsuka – son premier roman commence lorsque se termine son second roman « Certaines n’avaient jamais vu la mer ».

Envie de lire « Certaines n’avaient jamais vu la mer  » tout de suite? Suivez le lien vers le livre :

 

 » Certaines n’avaient jamais vu la mer  » vous a plu? Pour aller plus loin,

En 1868 un flot migratoire important se déverse sur l’Amérique. Les Japonais arrivent en masse fuyant la misère. En 1908, un accord entre les deux pays interdit l’immigration de travailleurs inexpérimentés ; Seules les épouses des Japonais déjà établis en Amérique peuvent immigrer. Le seul moyen pour ces femmes pour partir alors aux états-Unis : épouser un immigré par procuration. Un passeport sous forme d’acte de mariage.  Puis l’ « immigration act » de 1928 stoppe définitivement toute migration.

Parachutées dans ce pays dont elles ne parlaient pas la langue, la plupart de ces femmes ont occupé des postes difficiles, gagnant leur vie chichement. Mais quand la seconde guerre mondiale éclate, l’ennemi des Etats-Unis est Japonais, y compris sur le sol américain. Tous ceux qui ont des ancêtres Japonais, même s’ils sont pour la plupart citoyens Américains, sont alors parqués dans des camps. 110000 personnes sont déplacées de force. Presque 2000 sont internés. Un acte purement raciste. Un pan de l’histoire des Etats-Unis méconnu…

Les familles fondées par ces femmes de "certaines n'avaient jamais vu la mer", seront lors de la seconde guerre mondiale déportées dans des camps.
Les familles fondées par ces femmes de « certaines n’avaient jamais vu la mer », seront lors de la seconde guerre mondiale déportées dans des camps.

Enfin, je vous propose d’aller voir sur le lien suivant une interview de Julie Otsuka qui nous parle de son livre « Certaines n’avaient jamais vu la mer », et de la source de ses inspirations : vidéo de Julie Otsuka

Envie de lire d’autres romans historiques? Voici mes propositions :

Retour vers la bibliothèque

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.