Chéri de Colette

Chéri de Colette

Une magnifique romance sur la différence d’age, la peur de vieillir. Un grand classique doux amer qui n’a pas pris une ride.

Thèmes :

roman d’amour, littérature classique, bourgeoisie, différence d’age, illusions, passion, femme, couple

L’intrigue :

Léa de Lonval, une courtisane de près de cinquante ans, est la maîtresse de Fred Peloux, surnommé Chéri.
A mesure qu’elle éprouve le manque de conviction croissant de son jeune amant, Léa ressent, avec un émerveillement désenchanté et la lucidité de l’amertume, les moindres effets d’une passion qui sera la dernière.
Pourtant il suffira à Chéri d’épouser la jeune Edmée pour comprendre que la rupture avec Léa ne va pas sans regrets.

La peinture narquoise d’un certain milieu demi-mondain, l’analyse subtile de l’âme féminine, les charmes cruels de la séduction, l’humour un peu triste de la romancière, font de Chéri une des œuvres les plus attachantes et les plus célèbres de Colette.

photo d'art des années 20 d'un modèle qui pourrait être Léa
photo d’art des années 20 d’un modèle qui pourrait être Léa

3 bonnes raisons de lire   » Chéri  » :

  • Quand on lit du Colette, on sait d’avance qu’on va être plongé dans une situation sulfureuse et remplie de sensibilité. Cette fois, les amours subversives qu’elle met en scène sont ceux d’une femme sur le retour avec un jeune homme à peine adulte. On voudrait crier au scandale, mais c’est plus fort que nous, on est touché, retourné, plein d’empathie pour ces amants qui nous paraissent au début bien superficiels, et pourtant… Je n’ai jamais ressenti ailleurs aussi intensément cette poésie douce amère qui transpire au fil des pages. Par petites touches, Colette nous entraîne du scabreux et superficiel vers des sentiments profondément humains. Aucun roman ne parle avec autant de force d’un tel sujet. Aucun ne le traite avec autant de beauté.
  • « Chéri », ce sont des portraits d’une grande finesse psychologique et sans complaisance. Celui de Léa (surnommée Nounoune par son amant) tour à tour amicale, maternelle, amante. Celui de Fred (surnommé Chéri) partagé entre son envie d’être materné et celle de dominer. Celui d’Edmée, inexpérimentée en amour, tentant de retenir son mari, jalousant sa maîtresse, pardonnant. Et en profondeur, ce sont leurs peurs que l’on ressent : celle de vieillir pour Léa, celle d’avoir une vie d’adulte responsable pour Fred et celle de ne pas être aimée pour Edmée. Au-delà de leurs manières détachées, transpirent leurs passions vouées à l’échec et leur renoncement.
  • Le style est magnifique. Colette a l’art et la manière de mettre en scène ce monde suranné et désuet des demi-mondaines du début du XXe siècle avec ses petites touches d’humour acide qui rend le roman plus léger et plus attachant.
Un salon en 1910 - pour se mettre dans l'ambiance du roman.
Un salon en 1910 – pour se mettre dans l’ambiance du roman.

Anecdotes à raconter à la machine à café :

Un tel thème, un tel roman écrit en 1912 et publié en 1920 ne pouvait que faire scandale.

Voici comment André Gide va accueillir ce roman.

lettre envoyée par André Gide en 1920 :
« Madame, une louange que vous ne vous attendiez guère à recevoir, je gagerais bien que c’est la mienne… Moi-Même, je suis tout étonné de vous écrire, tout étonné du si grand plaisir que j’ai pris à vous lire. J’ai dévoré Chéri d’une haleine. De quel admirable sujet vous vous êtes emparée! Et avec quelle intelligence, quelle maîtrise, quelle compréhension des secrets les moins avoués de la chair!… D’un bout à l’autre du livre, pas une faiblesse, pas une redondance, pas un lieu commun… Quelle sûreté du trait! quel naturel dans les dialogues. Et les personnages secondaires, merveilleux!… Mais ce que j’aime surtout dans votre livre, c’est son dépouillement, son dévêtissement, sa nudité. Déjà je voudrais le relire – et j’ai peur : Si j’allais le trouver moins bien! Vite, envoyons cette lettre avant de la jeter au tiroir.
Votre très attentif.
André Gide »

Ce roman est prémonitoire ou bien déjà un fantasme qui sera plus tard assouvit : en effet, à plus de quarante ans, Colette va  « initier » à l’amour un jeune homme de dix-sept ans, le fils de son second époux…

Scabreux, oui, mais le roman n’en reste pas moins un bijou.

Envie de lire « Chéri  » tout de suite? Suivez le lien vers le livre :



 » Chéri  » vous a plu? Pour aller plus loin,

Et voici une autre couverture de Chéri extraite du film pour une version espagnole
Et voici une autre couverture de Chéri extraite du film pour une version espagnole
le roman a repris une scèned u film pour sa couverture
le roman a repris une scène du film pour sa couverture

Le film « Chéri »

C’est le réalisateur Stephen Frears qui s’est lancé en 2009 dans cette aventure avec, dans les rôles principaux, les acteurs Michelle Pfeiffer et Rupert Friend. Alors que de nombreux films ont été tirés de l’œuvre de Colette, ce grand classique de la littérature n’avait été porté au cinéma qu’une seule fois auparavant (en 1962).

bande annonce du film Chéri

 

La suite de Chéri

En 1926, Colette va écrire la suite de ce roman : ce sera « la fin de Chéri ». A lire absolument.

En amour, l’age ne compte pas? Jusqu’à un certain point seulement…

Chéri et la fin de Chéri - deux chef d’œuvres de Colette
Chéri et la fin de Chéri – deux chef d’œuvres de Colette

 Sur Colette

Qui ne connaît pas cet auteur? Mais qui connaît son prénom?

Sidonie Gabrielle Colette est née en 1873. Elle est la dernière de quatre enfants. Elle est élevée par une mère athée et féministe et par un père qui l’initie à la littérature classique. A 20 ans elle épouse « Willy » auteur de romans populaires et propriétaire d’une maison d’éditions. Lorsqu’il découvre les talents d’écriture de son épouse, Willy l’utilise comme « nègre ». C’est ainsi que paraîtront les romans de la série « Claudine » sous le nom d’auteur de Willy.

Lorsque Colette écrit « Chéri » en 1912, elle n’est plus la jeune femme innocente utilisée par son mari. Elle a divorcé de « Willy » , s’est lancée dans le music-hall, a vécu plusieurs aventures féminines, et vient d’épouser Henry de Jouvenel. Mais la situation décrite dans le roman est prémonitoire. En 1920, trompée par son mari, Colette va initier à l’amour le fils de celui-ci, Bertrand de Jouvenel, avec qui elle aura une liaison durant 5 ans ! Le divorce suivra et il n’y aura plus d’autre mariage.

En 1945, Colette est élue à l’unanimité à l’Académie Goncourt. Elle en devient présidente en 1949. Consciente de l’importance de l’image, elle va devenir l’écrivain la plus photographiée du XXème siècle.

A sa mort en 1954, l’Eglise catholique lui refuse un enterrement religieux, mais la République lui accorde des obsèques nationales. Elle est la seule femme encore aujourd’hui à avoir eu cet honneur.

Qui ne connait pas Colette, Qui ne l'a jamais vue en photo? C'est l'écrivain la plus photographiée du XXème siècle!
Qui ne connaît pas Colette, Qui ne l’a jamais vue en photo? C’est l’écrivain la plus photographiée du XXème siècle!

Extraits du roman Chéri

« Vers le même temps, Mme Peloux imposa à son fils un abbé précepteur qu’elle remercia au bout de dix mois « parce que, avoua-t-elle, cette robe noire que je voyais partout traîner dans la maison, ça me faisait comme si j’avais recueilli une parente pauvre, et Dieu sait qu’il n’y a rien de plus attristant qu’une parente pauvre chez soi! ».

 « Une liaison de six ans, c’est comme de suivre un mari aux colonies : quand on en revient, personne ne vous reconnaît et on ne sait plus porter la toilette. « 

« Avec toi, Nounoune, il y a des chances pour que j’aie douze ans pendant un demi-siècle »

 « La main du dormeur se détendit et laissa tomber comme des fleurs lasses de ses doigts fuselés, armés d’ongles cruels, main non point féminine, mais un peu plus belle qu’on ne l’eût voulu, main que Léa avait cent fois baisée sans servilité, baisée pour le plaisir, pour le parfum… »

« Celle-là, elle n’a pas voix au chapitre, déclara Chéri. Je l’épouse, n’est-ce pas ? Qu’elle baise la trace de mes pieds divins, et qu’elle bénisse sa destinée. Et ça va comme ça. « 

« L’argent est un jeu qui ne passe pas de mode « 

« Edmée s’éveilla soudain, d’un mouvement si vif que Chéri ressentit la suffocation d’un homme à qui on coupe impoliment la parole.
– C’est toi ! c’est toi !… Comment, c’est toi ?
– Si tu en attendais un autre, je te fais mes excuses, dit Chéri en souriant.
– Oh ! c’est intelligent… »
Elle s’assit sur le lit, rejeta ses cheveux en arrière.
 » Quelle heure ? tu te lèves ? Ah ! non, tu n’es pas encore couché… tu rentres… Oh ! Fred ! Qu’est-ce que tu as encore fait ?
– « Encore » est un compliment… Si tu savais ce que j’ai fait… »

« Ces abandons de l’après-midi l’écœuraient. Jamais son jeune amant ne l’avait surprise défaite,ni le corsage ouvert,ni en pantoufles dans le jour. « Nue,si on veut »,disait-elle, »mais pas dépoitraillée ».

 

 Envie de lire d’autres romances ? Voici mes propositions :

La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier
La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier : historique et romance

La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier : quand la condition sociale est un obstacle

MagnusMens bouquin science fiction ado télécharger - bouquin dystopie ado
MagnusMens aventure et romance

MagnusMens de S-F Cïmaiglon : quand c’est la différence de race qui représente un obstacle

 

Ma cousine Rachel couverture du livre inspirée du film de 2017
Ma cousine Rachel couverture du livre inspirée du film de 2017

Ma cousine Rachel de Daphne du Maurier une histoire d’amour entre un jeune homme et la veuve de son père adoptif. Ambigu, mais certainement pas de la façon dont vous le croyez

Retour vers la bibliothèque

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.