Le coma des mortels de Maxime Chattam

Le coma des mortels de Maxime Chattam

Pour lire le dernier « Chattam », décalé, provocateur, inclassable

Thème :

Humour noir, déprime, bonheur, sens de la vie, folie, passé, solitude, amour, couple

L’intrigue :

La femme que Pierre aimait est retrouvée morte dans son appartement dans des conditions atroces. Pierre est effondré. Pourtant les voisins affirment avoir entendu une dispute peu avant sa mort, et il n’y a pas eu d’effraction. Pierre nous raconte alors les quelques mois précédant le drame, sa dépression, et sa « malédiction » : il a vu tomber ses proches comme des mouches…

3 bonnes raisons de lire  « Le coma des mortels » :

  • C’est d’abord le style que j’ai particulièrement apprécié dans ce roman : une belle écriture imagée et poétique, de belles phrases douces ou choc.
  • J’ai aimé les réflexions que Pierre nous livre avec cynisme et humour  sur le sens de la vie, la mort, la dépression, la solitude, le couple et bien d’autres choses… Les préjugés sont passés au hachoir.
  • Esprits retors, amoureux des romans loufoques, entre farce et noirceur,  voici ce qu’il vous faut : des originaux qui se cherchent désespérément et s’inventent des vies pour se sortir de l’ennui ; des cadavres qui s’accumulent ; et les personnages qui cassent les codes et nous provoquent. C’est pour cette folie qu’il faut lire ce livre, surtout pas pour y trouver un thriller et du suspense.

Anecdotes à raconter à la machine à café :

Voici venu le nouveau roman de Maxime Chattam : le coma des mortel. Et avec lui, l’auteur aborde un genre nouveau dans lequel il n’avait pas encore écrit.

On connaît Maxime Chattam auteur de polars noirs, tels que Trilogie du mal, Leviatemps ou le Cycle de l’homme et de la vérité. On connaît le Maxime Chattam auteur de fantastique pour adolescents avec la série « Autre-monde ». Le voici dans un genre inclassable, déroutant. Et risquant de dérouter ses fans non avertis. Maxime Chattam s’en explique ainsi :

« Il aurait été probablement plus logique, pour ne pas déstabiliser celles et ceux qui me lisent et me connaissent depuis un moment, de le publier sous un pseudonyme, mais je pense qu’un auteur doit assumer ce qu’il est, ce qu’il fait, même lorsque cela sort du cadre pour lequel il est connu, voire attendu.
L’écriture ce n’est pas le marketing, ce n’est pas une quête au succès, ni même un éternel recommencement pour faire plaisir. C’est aller là où on le sent pour s’accomplir avec les mots. »

Un beau sacerdoce pour celui qui, petit, croyait être la réincarnation d’Agatha Christie (après avoir dévoré les 10 petits nègres bien sûr).

Dix petits nègres d'Agatha Christie
Dix petits nègres d’Agatha Christie
Dix petits nègres d'Agatha Christie
Agatha Christie

 

 

Envie de lire  » Le coma des mortels  » tout de suite? Suivez le lien vers le livre :

 » Le coma des mortels  » vous a plu? Pour aller plus loin,

Qui est le personnage principal du coma des mortels ?

Qui est Pierre le narrateur du roman ? Il est autant difficile de classer ce roman que d’en définir son personnage principal. Voici ce qu’il dit de lui et de son histoire en début de roman :

« La vérité viendra, mais n’attendez pas que je la pointe du doigt, elle ne brillera pas comme l’entrée d’un casino de Las Vegas, oubliez les néons crépitant autour d’elle, vous n’êtes pas dans un de ces thrillers de gare où le héros balance la purée en fin de roman, juste avant le discours du grand méchant ».

Ce qui plaît dans ce roman, ce sont ces phrases qui se sont glissées dans l’histoire, parfois cinglantes ou délirantes, réflexions d’un fou sur le monde.

Pierre se présente :

« Je veux vous raconter toute cette histoire parce que j’en ai besoin, il faut qu’elle sorte de moi, comme une saloperie dont on doit se débarrasser pour aller mieux. C’est elle qui me commande de l’expulser à travers les mots. Chacun d’eux me soulage. Chaque page m’apaise. Et en vous présentant les faits, mes faits, vous saurez tout. Selon moi. Selon mon point de vue. »

Les mots

 » Parce que les mots, une fois qu’on les a lus, on ne peut pas revenir en arrière, ça se plante dans la matière grise, les mots sont les racines des arbres de nos pensées, et nul ne peut savoir jusqu’où ils vont grandir, et si un arbre ne donnera pas, un jour, une forêt. »

La dépression

 » Que d’heures perdues à dormir dans une vie. Si vous faites une dépression, dormir devient toute votre vie. Les moments de lucidité : des instants perdus sur le néant salvateur de l’inconscience. On se réfugie dans la torpeur permanente parce que c’est le tour de chauffe de la mort, que c’est moins définitif, et que toute sa vie on s’est entraîné pour la rejoindre. Dormir ça fait moins peur que mourir. Mais au fond c’est seulement parce qu’on manque de courage pour aller jusqu’au bout. Dans une dépression on veut mourir sans avoir l’énergie ni la totale ambition de ses désirs. Certains, parfois, y parviennent, mais cela reste exceptionnel. Avec le recul, je considère qu’une dépression c’est une visite de courtoisie à la mort, mais de celles qui s’éternisent, où l’invité a du mal à repartir, et pas moyen de le renvoyer chez lui. »

L’enfer

L’ordre, les lois impérieuses, les contraintes morales, idéologiques, les obligations de comportement, les frustrations, les souffrances, tout ça c’est l’enfer. Vous n’avez pas compris ?
Vous vivez en enfer.

Serions-nous atteints du coma des mortels ?

Ouvrez les yeux, contemplez-moi. Contemplez vos existences. Qui est l’esclave ? Qui est libre ? Qui suis-je ? Votre rêve. Votre cauchemar. Je suis l’homme libre. Je suis celui qui rédige, qui décide.

Vous, vous ne faites que suivre. Que lire. Prisonniers de ma pensée, de mes mots qui s’immiscent dans vos certitudes. Je viens d’entrer en vous. De semer le doute. Je suis en vous pour toujours. Mes mots, ma pensée. Je vous ai pénétrés.

Et à présent, vous êtes à moi.

Alors, on le sème ce chaos ?

 

Sur Maxime Chattam

Maxime Chattam
Maxime Chattam

Sur Maxime Chattam, … je ne vous dirai rien ici, tout simplement parce qu’il s’est chargé lui-même de se présenter dans les détails. Voici ses 2 blogs officiels. Mais il existe également des sites faits par ses fans.

Le blog de Maxime Chattam
Et son labo

Le concept du labo est plutôt génial : ambiance polar noir… (ne vous attendez pas à y trouver le coma des mortels bien sûr- ce n’est pas un polar à proprement parler, et puis le site est plus ancien)

Oserez-vous descendre dans ce labo souterrain ?

Laboratoire de conception des polars noirs. Oserez-vous entrer?
Laboratoire de conception des polars noirs. Oserez-vous entrer?

Le principe : ouvrir les portes du labo une par une avec un mot de passe, qui se trouve dans chacun des romans correspondants. Et derrière la porte, des révélations sur le polar…

Je suis très curieuse, et je n’ai pas lu les livres qui sont cachés derrière chaque porte. Alors si vous avez les clés, écrivez-moi !

Envie de lire d’autres polars? Voici mes propositions :

Léviatemps de Maxime Chattam

Léviatemps de Maxime Chattam – cette fois, un vrai polar noir

Dix petits nègres d'Agatha ChristieDix petits nègres d’Agatha Christie (à lire pas seulement pour faire plaisir à Maxime Chattam)

Train d'enfer pour ange rouge : premier roman de Franck Thilliez

Train d’enfer pour ange rouge de Franck Thilliez : un autre auteur Français de polars noirs

 

 

Retour vers la bibliothèque

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.