Le dernier Caton -Langdon et Indiana en jupes

Le dernier Caton de Mathilde Asensi

Le dernier Caton : un mélange original entre Robert Langdon et Indiana Jones au féminin, sans les caricatures du super héros.

Thème :

suspense, enquête, historique, aventure, fantastique, religion, Dante, parcours initiatique, énigmes, secret, quête, symboles, ésotérisme

L’intrigue :

Il y aurait eu un ordre antérieur aux Templiers et qui leur aurait survécu. Ses membres seraient les gardiens depuis des siècles du plus grand des mystères sacrés de notre civilisation. Dante lui-même aurait risqué sa vie avec eux et La Divine Comédie contiendrait dans ses pages l’une des clefs d’accès à leur sanctuaire. Ottavia Salina, pourtant employée aux archives officieuses du Vatican, et de ce fait informée des secrets les plus enfouis de l’Église, ne sait rien d’eux. Aussi, lorsqu’on lui demande soudainement de quitter ses kilomètres de souterrains blindés pour étudier d’étranges scarifications sur le cadavre d’un Éthiopien, elle quitte sa blouse sans poser de questions. Ottavia ignore encore qu’avec la découverte des cicatrices ciselées comme des fils de soie sur le corps de cet homme, elle ne verra bientôt plus jamais le monde comme avant…

le dernier Caton porte énigme
mystère Histoire littérature et religion se mélangent : une fois « la porte  » ouverte sur cette aventure, vous aurez du mal à la refermer

3 bonnes raisons de lire   » Le dernier Caton  » :

  • Qu’est-ce qui est d’habitude le point fort d’un roman policier? L’intrigante énigme qui constitue tout le suspense de l’histoire bien sûr. Et pourtant, dans ce livre, c’est d’abord les personnages qui m’ont le plus touchée. Parce qu’ils sonnent vrai de bout en bout. Parce qu’ils sont attachants dans leur qualités et leurs défauts. Le trio de tête que forment Ottavia, Farad et Kaspar est des plus étonnants : une sœur sicilienne archiviste, un professeur copte égyptien, et un garde suisse. Voila qui pique notre curiosité dès le début. Ottavia en particulier, qui prend la parole pour nous raconter son histoire, sort des héros classiques qu’on a l’habitude de rencontrer dans ce type de roman.
  • Alors oui, la qualité de ce roman réside entre autre dans le réalisme des personnages et justement elle renforce le suspense de l’histoire en la rendant plus véridique. Car, ce roman est aussi un très bon polar avec tous les ingrédients que l’on aime : la recherche d’un secret, un parcours initiatique, des énigmes à résoudre, des épreuves à passer pour approcher une société secrète, le tout lié à l’Histoire, la littérature et la religion. Ce roman a des airs de Da Vinci code par ses énigmes et son côté ésotérique ; et des airs d’Indiana Jones avec ses parcours semés d’embûches au sein de vestiges antiques, ses références historiques romancées, et certains cotés fantastiques. Mais jamais les héros (ou plutôt anti-héros) ne tombent dans la caricature de l’un ou de l’autre.
  • L’écriture de Mathilde Asensi est un pur plaisir, toute en nuance. Sous sa plume, les multiples parcours initiatiques de ce roman prennent toute leur dimension : le laborieux apprivoisement entre le trio Ottavia-Farad-Kaspar que tout sépare de prime abord, le cheminement de l’intrigue « dantesque », et le parcours initiatique tout aussi tortueux du cheminement intellectuel des personnages.

Une recommandation : l’histoire va crescendo alors prévoyez plusieurs heures devant vous lorsque vous serez parvenu au centre de l’intrigue, car vous ne pourrez plus lâcher prise…

 

Anecdotes à raconter à la machine à café :

Mais que signifie ce titre « le dernier Caton » et qui est Caton?

Dans le dernier Caton, l’ordre des « Stavrophilakes » auxquels nos héros sont confrontés serait une ancienne confrérie, au même titre que l’ordre des Templiers, dont la fonction serait de  surveiller la relique de la Sainte croix et les fidèles qui s’en approchaient.

Voici un extrait du roman qui nous présente les débuts de cet ordre :

« Par la volonté de Dieu le Père et de Son Fils Jésus-Christ, quelques frères de bonne volonté, diacres de la basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem et adorateurs dévots de la vraie Croix, s’étaient constitués en une espèce de confrérie sous la dénomination ΣTAYPOΦYΛAXEΣ (stavrophilakes) ou «  gardiens de la Croix  ». Lui, Mirogenes, avait été élu supérieur de la confrérie sous le nom de Caton, le premier jour du premier mois de l’année 5850*. « 

—  Donc, ce Mirogenes, conclut le professeur en croisant les doigts, d’origine byzantine et diacre de la basilique du Saint-Sépulcre, devient le leader de la communauté des stavrophilakes le 1er septembre 341, quinze ans après la découverte de la Croix par Hélène.

* (calendrier Byzantin correspondant à 341 après JC)

 

Ainsi, chaque nouveau chef des stavrophilakes reprendra ce titre de « Caton ». Mais connaissez-vous ce fameux Caton? Il s’agit de Caton d’Utique, un homme politique romain. Pour découvrir son histoire (réelle celle-ci) et comprendre pourquoi il a inspiré cette confrérie, voici un nouvel extrait du roman :

« Questeur de la République, il a rendu au Trésor de Rome l’intégrité qu’il avait perdue depuis longtemps. Il était décent et honnête. Il fut un juge incorruptible et impartial, car il était convaincu que pour être juste il suffisait de vouloir l’être. Sa sincérité était si proverbiale qu’à Rome, quand on voulait réfuter de manière implacable quelque chose, on disait  : «  Ce n’est pas vrai, même si Caton le dit.  » Il fut un ardent adversaire de Jules César, qu’il accusa, avec raison, d’être corrompu, ambitieux et manipulateur, et de vouloir régner sans opposition sur Rome, alors une république. Ils se détestaient. Pendant des années, ils ne cessèrent de lutter, l’un pour être le maître exclusif d’un grand empire, l’autre pour l’en empêcher. Quand finalement Jules César a triomphé, Caton s’est retiré à Utique où il possédait une demeure, et s’est tué d’un coup d’épée dans le ventre parce qu’il n’était pas assez lâche pour supplier César de lui laisser la vie sauve, ni assez courageux pour s’excuser auprès de son ennemi.

—  C’est curieux, fit remarquer Glauser-Röist, le nom de César deviendra par la suite le titre des empereurs romains, tandis que celui de Caton sera celui des supérieurs de notre confrérie.

—  Caton est devenu un parangon de liberté, poursuivit Farag. Sénèque par exemple écrit  : «  Caton a cessé de vivre avec la mort de la liberté, et la liberté a disparu avec la mort de Caton.  » Et Valerius Maximus se demande  : «  Que deviendra la liberté sans Caton  ?  »

—  Le nom de Caton était donc synonyme d’honneur et de liberté, comme César celui de pouvoir, dis-je. »

Un titre qui promet beaucoup donc!

 

Envie de lire « Le dernier Caton  » tout de suite? Suivez le lien vers le livre :

 

 » Le dernier Caton  » vous a plu? Pour aller plus loin,

La série des  » Caton  » (appelée aussi série Ottavia Salina) :

Ah, si « le dernier Caton » vous a plu, alors vous serez ravi d’apprendre qu’il y a une suite à ce roman. Il est paru en Espagne en 2015 sous le titre « le retour de Caton et a été traduit l’an dernier (tout frais donc). Pour ma part, ne l’ayant pas encore lu, je ne saurai vous en donner mon avis. Mais je suis curieuse de le découvrir.

Voici ce dernier roman présenté par son auteur. La vidéo est en espagnol ( je n’ai rien pu trouver en français sur la toile – l’auteur est moins célèbre chez nous). Si vous parler cette langue, c’est le moment de réviser un peu ; et si vous ne la parlez pas, vous découvrirez au moins le visage de Mathilde Asensi ainsi que l’ambiance du roman.

Connaissez-vous l’auteur du dernier Caton , Mathilde Asensi?

Mathilde Asensi est écrivain et journaliste espagnole. Elle a publié plusieurs romans historiques mêlant suspense, enquête et histoire. Voici quelques uns de ses romans les plus célèbres qui vous permettront de la découvrir un peu plus si vous le souhaitez :

  • Le salon d’ambre publié en 1999 (son premier roman) qui traite de la disparition de la chambre d’ambre (la 8ème merveille du monde)  lors de la seconde guerre mondiale
  • Iacobus, publié en 2000, est une enquête d’un moine-soldat
  • Le dernier Caton est le troisième roman de Mathilde Asensi
  • Le pays sous le ciel parut en 2006

Son dernier roman est justement la suite du dernier Caton.

 

 Envie de lire d’autres romans historiques à suspense? Voici mes propositions :

le nom de la rose - Umberto Eco - Caton
Le nom de la rose de Umberto Eco

Le nom de la rose d’Umberto Eco à lire absolument pour tous ceux qui adorent le mélange « historique » et « enquête » dans un roman

pendule de Foucault Umberto Eco caton
Le pendule de Foucault de Umberto Eco

Le pendule de Foucault d’Umberto Eco : oui, encore Umberto Eco, parce que si vous voulez un roman rempli de références précises et multiples à l’Histoire, c’est sans nul doute le plus érudit sur le sujet

 

black-out caton suspense roman historique
Black-out de Connie Willis – tome 1 de la série Blitz

Black out de Connie Willis pour changer radicalement d’époque, et plonger dans un roman très original qui associe Histoire, suspense et anticipation. Un roman qui mériterait grandement d’être plus célèbre….

 

 

Retour vers la bibliothèque

Cet article vous a plu? Alors parlez-en autour de vous. Le bouche à oreille, c’est encore mieux que Google!

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.