MagnusMens épisode 14 – dystopies offert

MagnusMens épisode 14 – lecture offerte dystopies offert

(article « MagnusMens épisode 14 – dystopies offert » paru pour la première fois en décembre 2017 et mis à jour en aout 2018)

Le mois de décembre est propice aux rêves avec les fêtes de Noël. C’est le mois des cadeaux et du calendrier de l’avent. dystopies offert

Alors j’ai décidé de vous offrir chaque jour un épisode gratuit de mon roman MagnusMens – dystopies offert (détails du roman ici).

Oui, si vous venez régulièrement sur ce blog, vous devez savoir que je propose ici de nombreux choix de romans gratuits (célèbres ou pas, classiques ou récents, en tout cas, tous de qualité). Alors, c’est avec un écrit de mon cru que je vous invite à égrainer le calendrier de l’avent et découvrir chaque jour un nouvel épisode de MagnusMens. dystopies offert

Bon voyage dans l’imaginaire! dystopies offert

Vous avez manqué l’épisode précédent? Vous pouvez le lire ou le retrouver ici : Episode 13

Vous cherchez d’autres épisodes : reportez-vous en bas de cette page pour tous les liens. Pressé de lire la suite? Revenez chaque jour à 17h pour la parution de l’épisode suivant…

dystopies offert

Onze pour cent (suite) dystopies offert

dystopies offert

Et il me fait entrer avant lui dans la salle de sport dans laquelle nous allons nous entraîner. Pour nous débiter son discours, Il monte sur le ring, bien au-dessus de nous, et me regarde de biais : dystopies offert

–          Je vois qu’on m’a confié les cas les plus désespérés. Bon, il va falloir employer les grands moyens avec vous. Il faut d’abord que vous sachiez à quoi vous attendre sur le combat auquel vous vous préparez : il sera rude, violent, impitoyable, parce que l’ennemi est monstrueusement fort. J’ai étudié de près les techniques des Mercenaires. Ce que je vais vous montrer sera primordial pour que vous puissiez vous en sortir ! dystopies offert

Comment ose-t-il nous dire cela avec un tel sang-froid ?

–          Il y a quelques basiques que vous devez absolument savoir sur eux. Ils feront tout pour vous terroriser – par leur aspect, leurs cris, leur comportement, leur violence gratuite… Ils aiment la violence au point d’y vouer un culte. C’est leur signature. C’est ce qui fait que vous partirez au combat en ayant déjà peur d’eux. dystopies offert

Il fait une pause et nous observe. Puis tout à coup sa voix gronde : dystopies offert

–          Vous ne devrez jamais entrer dans leur jeu. Parce que vous allez apprendre à vous battre d’égal à égal, avec les mêmes « armes » qu’eux. Et parce que je vais vous indiquer leurs points faibles. Arius recrute les siens sur des critères de forces physiques uniquement. Vous aurez donc en face de vous des brutes épaisses, peu douées pour la réflexion et trop lourds pour la course. A vous de faire travailler vos méninges pour les dominer. A vous de devenir des coursiers souples et rapides pour les vaincre. Mais d’abord, il vous faudra autant d’endurance et de force qu’eux. C’est tout cela que nous allons travailler pendant ces quinze jours. dystopies offert

–          A quoi bon la boxe ? Vous croyez vraiment qu’on va les affronter à mains nues ?

–          Cette guerre ne se gagnera pas dans l’espace. Les troupes régulières seules n’y suffiraient pas. Alors les Sages ont décidé de former des « élus » – vous – pour les prendre par surprise. Tout ce que je peux vous dire pour l’instant, c’est que vous devrez vous préparer à toute éventualité… dystopies offert

–          Et pour cela nous devons être plus intelligents, plus rapides, plus endurants et plus forts qu’eux… En quinze jours…

Ruddy sourit cyniquement. Seuls ses yeux bougent de l’un à l’autre. dystopies offert

–          Vous pensiez que vous étiez venus pour faire quoi ? Du tricot ?

Tous les regards se sont tournés vers le sol en silence. dystopies offert

–          Bon, je crois que je vais avoir du boulot avec vous. On va donc commencer par vous muscler un peu, bande d’avortons. P’tits bras : levée de poids. Tu t’installes sur la machine et tu nous montres. dystopies offert

En disant cela, il me pointe du doigt. Je ne bouge pas. dystopies offert

–          Penses-tu ne pas avoir besoin de te muscler un peu avant l’attaque ?

Et il tend sa main vers la banquette, comme une invite, tout en me souriant. dystopies offert

Pendant que je m’allonge, il met en place les poids sur la barre. Puis, avant que j’ai pu réagir, il m’enjambe et se penche au-dessus de moi, tout sourire. Il prend mes mains dans les siennes, les enserre sur la barre et la soulève dans un râle d’effort, les muscles bandés, son visage crispé. Puis lentement il se penche tout près de moi, le regard lubrique et descend la barre au-dessus de mon cou. Angoissée par son contact, j’essaie de me libérer de ses mains et de son corps au-dessus de moi. Je ne vois personne d’autre que lui, mais dans son dos, je sens le silence gêné de mes camarades. dystopies offert

–          Tu veux que je lâche tes mains, P’tits bras ? Regarde les poids : il y a cent kilos. Sauras-tu toute seule empêcher cette barre de t’écraser la gorge ou bien as-tu besoin de moi pour la tenir ? dystopies offert

Derrière lui, un gaillard a toussé avant de prendre la parole : dystopies offert

–          Je connais ces machines. Je peux commencer ?

Les yeux toujours dans les miens, Ruddy a souri : dystopies offert

–          Ah, un volontaire ! Lève-toi P’tits bras !

Alors, ses mains emprisonnant toujours les miennes, il soulève la barre et la remet sur le reposoir. Puis il me tire violemment contre lui pour me relever.

–          L’objectif aujourd’hui est que vous souleviez un total de cinquante kilos. Au boulot. dystopies offert

Il change mes poids puis il part installer mes camarades sur les autres machines disponibles. Il passe ensuite auprès de chacun pour vérifier ses performances, en terminant par moi. Je n’ai pas bougé, ne voulant pas me retrouver coincée sous cette barre trop lourde pour moi.

–          Alors P’tits bras, tu refuses de suivre mes ordres ? dystopies offert

Evidemment, il sait parfaitement que je suis incapable de soulever un tel poids.

–          Tu fais ta tête dure. Cinquante pompes ! dystopies offert

Et il me pousse face contre terre. Au moment où je m’apprête à commencer, il me stoppe :

–          Attends, c’est trop facile comme ça. Tends les bras. Ne bouge plus. dystopies offert

Alors il s’agenouille près de moi, sort de sa poche un couteau au manche carré et le pose en équilibre, pointe en l’air juste au niveau de mon cou.

–          Bien, maintenant, tu fais tes cinquante pompes. Et pas de relâchement ; je ne voudrais pas voir ton petit cou s’abîmer sur mon couteau, n’est-ce pas !

Et il reste accroupi à côté de moi tout le temps que dure cette épreuve. Quand j’ai fini, il se relève satisfait : dystopies offert

–          Bien maintenant, nous allons passer à soixante kilos. Et vous avez intérêt à réussir !

Mes bras tremblent. A bout de force, je m’assieds sur la banquette. Il ne se passe pas cinq minutes avant que Ruddy revienne vers moi, le sourire aux lèvres : dystopies offert

–          Alors P’tits bras, ces soixante kilos, ça vient ?

Comme je ne bouge pas, il se met à crier : dystopies offert

–          Par terre. Cinquante pompes.

Et il me jette son couteau pour que je l’installe comme tout à l’heure. Mes premières pompes sont lentes et laborieuses. Alors il m’invective :

–          Tu es nulle ! Tu vas voir comment on traite les faignantes comme toi. dystopies offert

Et il écrase mon dos avec son pied. Je roule sur le côté pour éviter la lame du couteau et me redresse d’un bond devant lui, révoltée :

–          Je suis pilote ! Je n’ai pas besoin de m’entraîner à faire des pompes. Cela ne sert à rien, un manche dans les mains ! dystopies offert

–          Ah bon ? Et tu es un bon pilote ? Dis-nous un peu, quel est ton pourcentage de survie ?

–          Ces chiffres ne sont là que pour nous faire peur. dystopies offert

–          Hum, je ne crois pas que Freyj dirait cela, n’est-ce pas Freyj ?

La pauvre Freyj se demande ce qu’elle doit répondre pour ne pas se mettre Ruddy à dos ni me vexer. Mais au fond de son esprit, je sens bien à quel point elle croit en ces chiffres et elle me regarde avec pitié. Ruddy s’est tourné vers moi, prêt à me torturer de nouveau quand un de ses acolytes passe la tête par la porte : dystopies offert

–          Les Sages ont demandé que tu leur fasses faire le tour du vaisseau maintenant.

Frustré, Ruddy nous apostrophe avec colère : dystopies offert

–          Vous êtes tous des larves. Incapables d’endurance. Je me demande ce que je fais avec vous ! Allez, ça suffit pour aujourd’hui. Footing.

Et il part à fond de train, six paires de jambes traînant tant bien que mal à sa suite. Le pont quatre se prête relativement bien à la course, à cause de la largeur des couloirs. Et ceux que nous croisons se poussent sans problème à notre passage. Nos pas résonnent sur le sol de tôles et notre groupe fait beaucoup de bruit. Les salles d’entraînement défilent de part et d’autre de ces couloirs : salles de musculation, de boxe, de tir… Je n’ai jamais vu d’équipements aussi nombreux dans un vaisseau de guerre. Quand nous descendons vers le pont numéro trois, la course devient plus difficile avec les couloirs plus resserrés. Au détour d’un virage, nous tombons nez à nez avec trois Vaucan en file indienne qui ont du mal à se serrer contre la paroi de tôle pour nous laisser passer. dystopies offert

L’un d’entre nous proteste :

–          Que diable font ces machines dans le « Deus ex Machina » ? dystopies offert

Ruddy l’a entendu et prend son ton cynique habituel :

–          Ce sont nos gentils gardiens. Ils font des rondes pour veiller à la sécurité à bord.

–          La police ? Ces robots font la police à bord ? On aura tout vu ! dystopies offert

Ruddy ne répond pas. Vers les chambrées, il y a plus de monde ; le rythme de la course devient chaotique, les couloirs sont en zigzag et les changements de direction nombreux. Il faut savoir gérer son souffle. Au détour d’un croisement, je crois distinguer le bout du pont : un long couloir rectiligne qui aboutit à un mur dans lequel se dessine une sorte de porte ronde à volant façon coffre-fort. Nous passons vite. J’ai juste le temps de voir deux robots postés devant le « coffre-fort ». Intriguée, je provoque Ruddy : dystopies offert

–          Pourquoi est-ce qu’on ne continue pas par là ?

–          Tu veux visiter la chambrée des « Vaucans » ? Tu aimes les tas de ferraille ? Ils ne feraient qu’une bouchée de toi, tu sais. Si tu veux des sensations fortes, c’est dans ma chambre qu’il faut que tu viennes… dystopies offert

–          Qu’est-ce qu’il y a derrière cette porte ?

–          L’autre moitié du vaisseau : la zone d’intendance. Aucun intérêt. dystopies offert

–          Alors pourquoi est-elle gardée ?

Pas de réponse.

–          Et nous avons le droit de franchir cette porte ? dystopies offert

–          Je te l’ai dit : aucun intérêt.

Pas de doute, ce coffre-fort est bien gardé…

dystopies offert

Après ce footing dans les coursives, nous enchaînons avec le parcours d’Edith. Bien plus que la veille, cette épreuve nous casse le corps et nous sape le moral. Nous en sortons lessivés. Je me dirige vers le couloir avec les autres, pressée de passer à la douche et de prendre un peu de repos, quand la voix d’Edith retentit derrière moi :

–          Tu as oublié fillette ! Ruddy t’a donné une nouvelle épreuve aujourd’hui. Et il m’a demandé de prendre tout particulièrement soin de toi. Approchez-vous tous ! Voici la première tête brûlée à tester mon tout nouveau jouet ! dystopies offert

Non, non… Je n’avais pas oublié, mais je n’allais pas réclamer tout de même !

–          Tu dois parcourir ce labyrinthe et ressortir par la trappe qui est au-dessus. Attention, je chronomètre tes performances devant tes petits camarades ! Je crois qu’il devrait te plaire, j’y ai mis tout mon cœur. Il y a beaucoup de surprises à l’intérieur, préparées spécialement pour toi… Certaines font peur… Alors si jamais ces épreuves devenaient intolérables pour toi, tu n’aurais qu’à appuyer sur le petit bouton de ce bracelet et tu te retrouveras immédiatement dehors.

Je fixe son bracelet ridicule. Sa propension à tourner toute épreuve en enfantillage m’irrite ! Il y a longtemps que je ne porte plus ce genre de bracelets… dystopies offert

–          Allez, ne fais pas ta fière, va, mets-le, tu verras bien… Je lance le chrono : nous avons hâte de savoir combien de temps tu résisteras avant d’appuyer sur ce bouton… Prête ?

Je hoche la tête, et tente de rester de marbre.

–          Stop ! Encore un détail… Il faut tenir un laps de temps minimum sinon l’épreuve n’est pas validée et il faudra recommencer… Aujourd’hui Ruddy a été généreux avec toi : tu dois tenir dix minutes minimum. A moins que tu sois suffisamment forte pour parcourir tout le labyrinthe, et en sortir indemne… On a parié avec Ruddy… Alors ! Tu y vas ? dystopies offert

Ils ont parié. Lequel des deux pense que je ne vais pas y arriver ! Je m’allonge par terre pour rentrer dans le trou. J’ai l’impression d’être Alice au pays des merveilles devant la porte en bas du puits, mais pas de liqueur qui permette de rapetisser ici ! dystopies offert

Si la chatière est à ma taille, en revanche, le conduit qui se trouve juste derrière se rétrécit immédiatement. L’air est rare et chaud et je progresse à plat ventre dans le noir complet. Tout se fait au toucher. Les virages sont difficiles à négocier, mais il n’y a jusqu’ici, rien qui puisse vraiment m’inquiéter. J’essaye d’aller le plus vite possible, me doutant que le moins de temps je passerai ici, le mieux ce sera. Dix minutes au trou… C’est étrangement faible… Tout à coup le sol se dérobe sous moi, me coupe le souffle, et je tombe dans une sorte de glu qui remue sous mon corps. Ça court le long de mes jambes, puis monte sous mes vêtements et envahit rapidement mon torse, mes bras, ma tête… Et ça mord ! Ne pas chercher à comprendre… Vite, trouver la sortie… Edith est une cinglée ! Quel était son rôle au sein de la horde d’Arius : tortionnaire ? Je nage dans cet agglutinement d’insectes, les paupières verrouillées sur mes yeux, la bouche scellée, les mains en avant, le front moite, cherchant les parois à tâtons. Ne pas abandonner, pas maintenant. Résister. Aïe ! Ces « choses » piquent et paralysent mes mains quand j’en écrase malencontreusement sur le mur… Je m’affole… Le bouton du bracelet… Non, ça y est, il y a du vide devant moi… Je m’engouffre dans un trou… Ce nouveau conduit est rond et si petit qu’il me débarrasse de tout ce qui recouvrait mon corps, mais il est lisse et en pente, et la montée s’avère difficile avec le manque d’air. J’élimine fébrilement les dernières « choses » qui sont sur mon visage avec des gestes de panique, et progresse en soufflant. Ces ténèbres me coupent les jambes. Ne pas céder devant Edith ; résister… Puis mes mains détectent trois conduits identiques qui se présentent devant moi. J’en profite pour souffler un peu. Au diable le chrono ! Je suis certaine d’être là depuis au moins vingt minutes, mais je finirai ce parcours ! Je m’engouffre ensuite dans le premier tuyau. Au bout de quelques minutes, je tombe sur un cul-de-sac ! Voilà le labyrinthe ! Satanée Edith ! J’ai de plus en plus hâte de sortir. Dans ma fébrilité, j’ai bien des difficultés à négocier la marche arrière et je rejoins le précédent carrefour à bout de souffle, tremblante. Je n’ai jamais été claustrophobe, mais ici l’angoisse serre ma gorge sèche. Je ne saurais dire depuis combien de temps j’erre maintenant dans ce trou quand, du fond des tuyaux, me parvient un grondement sourd, lointain. Tout à coup, le bruit progresse à toute vitesse… Il va arriver sur moi… Un des conduits se met à vibrer, comme si de l’eau se déversait dedans ! Je m’engouffre le plus vite possible dans le conduit restant : un cul-de-sac ! L’eau qui déboule à toute vitesse, glaciale, enserre mes jambes, mon torse, ma bouche… Je vais me noyer ! Dans un réflexe de panique, j’ai poussé fort au-dessus de ma tête… Et la paroi a cédé : une trappe. Au moment où ma main en attrape le bord, un hachoir s’abat sur mes doigts et les tranche dans un bruit d’horreur. Je hurle d’effroi et appui sur le bouton du bracelet… Je suis violemment éjectée et m’effondre avec un bruit mou sur le sol du gymnase, les yeux éblouis par la soudaine luminosité ambiante. dystopies offert

Je suis par terre, à moitié inconsciente, terrorisée, et lorsqu’enfin ma vue arrive à distinguer le décor, c’est le visage d’Edith penché au-dessus de moi que je découvre. dystopies offert

–          Alors, ça t’a plu P’tits bras ? dystopies offert

Affolée, je regarde mes doigts, prête à compter ceux qui manquent. Pas une égratignure. Pas de morsures d’insectes. Je ne suis même pas mouillée ! Elle a suivi mon regard, savourant ma réaction. Et son rire fuse à nouveau. Je me sens vidée et la peur doit se lire sur mon visage car tous mes camarades m’observent avec angoisse. dystopies offert

–          Assez mauvais comme score : tu as tout juste tenu les dix minutes ! Et il semble que tu sois la spécialiste des parcours non terminés ! dystopies offert

Je cours dans les couloirs, poings serrés, tête baissée, cognant ceux qui se trouvent sur mon passage, laissant derrière moi des cris et des invectives que j’entends à peine. Nos entraîneurs sont des tortionnaires ennemis, nos Sages ont perdu la tête et nous sommes surveillés et gardés enfermés par des robots. Et moi, je dois réussir cette mission ou me retrouver emprisonnée à vie. Est-ce ainsi que nous avons été choisis : non pas sur nos compétences mais sur nos motivations ? Comme on choisit des kamikazes.

dystopies offert

 

Episode 13                               Retour vers la bibliothèque                              Episode 15 (parution le 15/12/17)

 

Ce roman vous plaît? Alors parlez-en autour de vous. Le bouche à oreille, c’est encore mieux que Google!

Et n’hésitez pas à me laisser un gentil commentaire : ce sera ma meilleure récompense.

 

Voici la liste des épisodes et leur date de parution sur le blog :

épisode 1du 1/12                  épisode 8 du 8/12                 épisode 15 du 15/12                épisode 22 du 22/12

épisode 2 du 2/12                 épisode 9 du 9/12                 épisode 16 du 16/12                épisode 23 du 23/12

épisode 3 du 3/12                 épisode 10 du 10/12              épisode 17 du 17/12               épisode 24 du 24/12

épisode 4 du 4/12                 épisode 11 du 11/12               épisode 18 du 18/12               épisode 25 du 25/12

épisode 5 du 5/12                 épisode 12 du 12/12               épisode 19 du 19/12

épisode 6 du 6/12                 épisode 13 du 13/12               épisode 20 du 20/12

épisode 7  du 7/12                épisode 14 du 14/12               épisode 21 du 21/12

dystopies offert
MagnusMens roman gratuit épisode 14

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.