MagnusMens épisode 21 – dystopies ados offertes

MagnusMens épisode 21 – lecture offerte dystopies ados

dystopies ados

Si vous venez régulièrement sur ce blog, vous devez savoir que je propose ici de nombreux choix de romans gratuits (célèbres ou pas, classiques ou récents, en tout cas, tous de qualité). Et que ce mois-ci, c’est avec un écrit de mon cru que je vous invite à égrainer le calendrier de l’avent. dystopies ados

Voici maintenant 3 semaines que je vous livre ici chaque jour un épisode de mon roman MagnusMens (détails du roman ici) en cadeau de Noël. Voudriez-vous me laisser un commentaire. Comment avez-vous trouvé les précédents épisodes? Que pensez-vous des personnages? Avez-vous envie de remonter à bord du Deus ex Machina? dystopies ados

Alors en route sans plus attendre !

dystopies ados

Vous avez manqué l’épisode précédent? Vous pouvez le lire ou le retrouver ici : épisode 20

Vous cherchez d’autres épisodes : reportez-vous en bas de cette page pour tous les liens. Pressé de lire la suite? Revenez chaque jour à 17h pour la parution de l’épisode suivant…

 

dystopies ados

Les doubles (suite) dystopies ados

dystopies ados

Tout en parlant, il s’est approché de moi petit à petit. Il commence à me caresser le bras. Apeurée, j’ai reculé dans mon étroit couloir en cul-de-sac, consciente de l’inutilité de ce geste. Je sonde son esprit pour y chercher une solution. Et je découvre avec effroi ses intentions : soumission, violence, et sexe se mêlent et lui procurent une vive excitation. Mon rythme cardiaque s’accélère et l’adrénaline file dans mes veines. J’essaie d’identifier très vite mes échappatoires. Me battre contre lui : même avec les enchaînements appris à la boxe, mes attaques manqueraient de puissance, je ne ferais pas le poids ! Quant à imaginer le déstabiliser pour fuir, autant essayer de déplacer un Migaster avec un doigt ! La porte numéro un de mon voisin mystérieux est dans mon dos. Je m’y précipite croyant y trouver refuge. Elle est fermée à clé. Il s’est rapproché lentement, savourant déjà sa victoire. Dans ses yeux, une ombre passe. Ma peur monte d’un cran. Excité par ma panique, il me plaque tout à coup contre le mur et me gifle violemment. Je me débats. Ses bras enserrent ma taille et il plante ses ongles dans ma chair… Puis soudain, une voix caverneuse gronde derrière Ruddy et nous fait sursauter : dystopies ados

–          ôte tes mains de là et va-t’en !

Ruddy se retourne brusquement et se fige, interloqué, se demandant s’il serait de taille à affronter l’Immortel. Dans son esprit, il fait ses calculs et renonce. L’immortel s’écarte pour lui laisser un chemin et Ruddy ne demande pas son reste. En partant il se retourne soudain et me lance avec un air fourbe : dystopies ados

–          Choisis bien ton protecteur, P’tits bras. Les Immortels ne sont pas réputés pour leur douceur…Si tu changeais d’avis, tu sais où me trouver…

Encore collée au mur et tremblante, je relève les yeux vers l’Immortel, pas très rassurée :

–          Merci… dystopies ados

–          Ne me remercie pas. Après ton intervention au mess, j’avais hâte de ne plus rien te devoir !

Et il s’éclipse aussi vite qu’il était apparu.

dystopies ados

Jour J -12 avant l’affrontement.

dystopies ados

Il fait nuit. On frappe à la porte de ma chambre. J’ai du mal à m’extirper de mon lit, les paupières encore lourdes de sommeil, les cheveux en bataille. J’ai mis une veste sur ma chemise de nuit. J’entrouvre la porte. Une espèce de masse noire encapuchonnée me pousse et entre : c’est l’Immortel. Comment ose-t-il venir ici ? Et à cette heure ?

– Savais-tu que les Humains dorment la nuit ? dystopies ados

–          J’ai parlé aux Sages. Mais ils ne veulent rien entendre…

Il est furieux.

–          Tu vas leur faire tes requêtes tous les jours ? Si tu t’adresses à eux de la même façon qu’à moi, ce n’est pas étonnant qu’ils ne veulent pas t’écouter.

Il exulte : dystopies ados

–          Cesse tes provocations ! Elles me donnent des envies de meurtre ! Les Sages sont de vieux gâteux têtus ! Je suis allé leur demander de rompre notre binôme. Et ils ont refusé ! Je suis venu apporter mon aide sur ce vaisseau ; je n’ai pas l’âme d’un ange gardien. Tu ne sais rien faire, je me suis renseignée sur toi. Onze pour cent ! Il reste une solution : démissionne ! dystopies ados

–          Quoi ! C’est hors de question ! Mais comment oses-tu venir me dire ça. Et sur ce ton ! Pas étonnant que les Sages m’aient attribué un « onze pour cent » avec un tel binôme ! Ne compte pas sur moi pour abandonner !

–          Au moins tu sauveras ta peau ! dystopies ados

–          S’il y a un mot qu’il ne faut pas prononcer devant moi c’est bien « démission ». Tu n’es pas le premier obstacle sur ma route, et je n’ai jamais renoncé à aucun de mes plans. Trouve une autre solution ! Et s’il te plaît, joue ton personnage d’opéra à d’autres. Ta voix d’outre-tombe et ton déguisement de pénitent ne m’impressionnent pas !

Il siffle entre ses dents. Il n’a presque pas ouvert la bouche pour me dire : dystopies ados

–          Tu ne sais pas à qui tu t’adresses !

–          Toi non plus !

Il a reculé au fond de ma chambre ; glissé, je devrais dire plutôt. Je m’attends à un déchaînement de violence et d’objets qui volent comme la dernière fois. Mais il se passe un moment sans qu’un bruit ou un mouvement ne s’opère. Il semble en proie à une lutte intérieure : l’air autour de lui est comme électrisé par sa colère. Prise d’un frisson, je serre plus fort les pans de ma veste contre moi et lui montre la porte du doigt dans un geste déterminé, espérant qu’il saura encore contenir sa furie. Mais il ne se passe rien. Longtemps. Puis il semble s’être calmé et avoir pris une décision : dystopies ados

–          Les Sages ne nous ont pas laissé le choix. On va devoir travailler ensemble. Tu ne sais pas te battre, et il y a certaines choses que tu dois apprendre…

–          Et c’est toi qui vas m’entraîner ?

–          Ce sont les ordres…Prépare-toi. Tout de suite. dystopies ados

Il sort. Je m’habille en vitesse, ma curiosité piquée au vif. L’Immortel est très fort. Peut-être saura-t-il m’apprendre ce que je n’arrive pas à faire avec Ruddy.

dystopies ados

L’ampoule dystopies ados

dystopies ados

Je déchante vite…L’entraînement n’a rien qui m’aide à devenir une guerrière. Il s’agit de manipulation de petits objets nécessitant beaucoup d’habileté et de rapidité dans les doigts. Ma déception n’a d’égal que ma stupéfaction face à des gestes aussi inutiles en pleine guerre ! J’ai l’impression d’être au cirque ! Pourtant, ces exercices semblent capitaux pour lui. Il est exigeant avec moi, dans les moindres détails et ne me laisse aucun répit. Il reste à une bonne distance de moi, toujours encapuchonné, la voix froide et tranchante. Je m’abstiens de toute provocation, espérant passer rapidement à un entraînement plus classique. Mais ma patience s’émiette : dystopies ados

–          Ecoute, je ne comprends pas à quoi peuvent bien me servir ces mouvements.

–          Contente-toi de faire ce que je te montre et dis-toi que c’est vital pour toi.

J’essaye de toutes mes forces de garder mon calme malgré la stupidité de la situation : dystopies ados

–          Il faut que je sache où tu veux en venir pour que ce soit efficace.

–          Tais-toi ! Je te donne jusqu’à demain pour enchaîner ces mouvements parfaitement. Si tu n’y arrives pas, je me débrouillerai pour que tu ne fasses plus partie du Deus ex Machina…Je ne vais pas perdre mon temps avec une incapable… dystopies ados

Mon exaspération est à son comble. J’exulte :

–          Je risque ma peau dans ce combat et je n’ai pas de temps à perdre à apprendre des tours de passe-passe. En quoi ces démonstrations d’illusionniste pourraient-elles décider de mes aptitudes à rester à bord du Deus ex Machina ? J’espère que tu as des moyens de pression sur les Sages autrement plus efficaces pour me faire renvoyer ! dystopies ados

Cette fois, c’en est trop. Je m’apprête à partir quand sa voix gronde derrière moi :

–          Sur eux non, mais sur toi…

Monte alors de sa poitrine une sorte de râle animal à la limite de l’audible, qui me donne des frissons. Puis un énorme cri de fauve, qui me fait sauter d’un bond en arrière. Il s’avance sur moi et sa masse sombre imposante me fait reculer encore. Sa voix est maintenant caverneuse, presque irréelle : dystopies ados

–          N’oublie pas qui je suis, Gabrielle d’ « Aurore ». A chaque instant, je lutte contre mes instincts violents pour que tu restes vivante. Et je ne suis pas certain de pouvoir résister encore longtemps… dystopies ados

Et j’accède enfin à son esprit. Des images cauchemardesques se projettent : une forêt sombre. Une chasse à l’Homme : je suis la proie. Je cours à perdre haleine. Des images floues d’arbres noirs défilent à toute allure, m’obligeant à changer constamment de direction. Des racines noueuses qui me font obstacle. Des ombres derrière moi…de plus en plus près. J’ai beau y mettre toutes mes forces, mes jambes se dérobent. Comme dans un cauchemar, mes pas ralentissent malgré moi. « Ça » approche à toute vitesse. Soudain, une main accroche mon épaule et me retourne violemment ; je crie. Des mâchoires se jettent sur moi, crocs en avant ; je me débats, des mains m’enserrent inexorablement. Les crocs s’abattent sur moi à toute vitesse, déchirent ma chair. Je hurle d’effroi et de douleur. Les mouvements s’accélèrent. Tout devient flou. Du sang partout…du rouge sombre, presque noir…Puis plus rien.

dystopies ados

Instinctivement, j’ai mis mes mains sur mes yeux pour éviter ces images d’horreur, sans pouvoir simplement arrêter de lire dans son cerveau, comme si ces visions m’étaient imposées. J’ai dû m’appuyer sur le mur sans m’en rendre compte, je tiens à peine sur mes jambes ; et mon cœur bat à cent à l’heure. dystopies ados

–          Si tu veux rester en vie, tu as deux possibilités : on s’entraîne ensemble et tu es capable de faire ce que je t’ai montré, ou bien tu démissionnes. Décide-toi !

J’ai enfin réussi à refermer mon esprit. Mes jambes tremblent. J’attends que mon cœur se calme un peu pour enlever mes mains de mes yeux. Les murs de tôle me renvoient une lumière froide qui fait plisser mes yeux. dystopies ados

Quand je reprends mes esprits, il n’est plus dans la pièce.

dystopies ados

Je viens juste de mettre un pied dans ma chambre quand les lumières s’éteignent pour l’extinction des feux. Je réalise alors que nous avons passé la journée entière à cet entraînement. Je m’effondre de fatigue et m’endors aussitôt. Mon sommeil se remplit instantanément de sombres cauchemars, noir et sang…La cape sombre et son « I » grandit jusqu’à envahir mon champ de vision. Et tout à coup, elle se retourne : de ses plis sinueux bondit un loup-garou…

dystopies ados

Jour J-11 avant l’affrontement.

Je rejoins le mess tôt ce matin. Ma bande de camarades est déjà là, toujours au même endroit ; même Emmanuelle est à sa place habituelle, à la table d’à côté, dos à Rog. Mais leurs visages sont tendus et leurs yeux cernés. Ont-ils du mal à s’endormir eux aussi, en comptant leur chance de survie ? dystopies ados

–          Qu’est-ce qui s’est passé ? On ne t’a pas vue de la journée ! Tu n’es même pas allée voler !

–          On a eu peur qu’il te soit arrivé quelque chose !

Je feins la désinvolture : dystopies ados

–          Je m’entraînais.

–          Avec lui !

–          Oui.

–          …Il ne t’a pas mangée…

–          Pas encore. Tu sais, je ne suis pas très appétissante… dystopies ados

–          Gabrielle, il ne faut pas plaisanter avec eux. Vous vous entraînez à vous battre ? Est-ce qu’il…te fait mal ?

–          Non. Non…Tout va bien. Il ne me touche pas, rassure-toi. Ce serait illégal !

–          C’est déjà illégal que les Sages exigent de vous ce rapprochement ! Mais, explique-moi un peu dans quelle technique de combat on ne touche pas l’adversaire ? dystopies ados

Comment se sortir de cette impasse ? Ce que j’ai fait hier est impossible à raconter sans déclencher des fous rires. Et rien de ce qui s’est passé ne m’a donné envie de rire.

–          Ben, je ne sais pas si sa technique a un nom. C’est un peu spécial. Une sorte de technique de concentration, de yoga, je dirais…

–          Ah oui ? Et c’est le yoga qui t’a épuisée à ce point ? Tu as sacrément les traits tirés ! dystopies ados

–          Ecoute ce n’est pas facile. Et je ne sais pas où tout ça va me mener…

–          Ben voyons ! Tiens, ton « double » vient d’arriver. Il ne se joint pas à nous ?

–          Il se doute que cela ne ferait plaisir à aucun d’entre vous. Est-ce que je vous demande pourquoi Emmanuelle ne se joint pas à nous ?

Clar a blêmi, au bord de la crise de jalousie. Rog a serré les poings, honteux et tiraillé, et juste derrière eux j’ai senti Emmanuelle rougir, confuse et triste. Pourtant aucun d’entre eux n’a répondu. dystopies ados

–          Vous me fatiguez !

Sur ce, je me lève et m’installe seule un peu plus loin, le nez plongé profondément dans mon assiette. Malgré moi, je les entends :

–          Il commence à avoir une influence sur elle !

–          J’espère bien que non ! dystopies ados

–          Regarde la réalité en face : elle ne dit plus qu’elle ne veut pas être son binôme ; elle a commencé à prendre son parti ; et elle vient maintenant d’accepter de s’entraîner avec lui !

–          Tu crois qu’elle est en danger ?

–          A ton avis ? Tu crois qu’on peut « s’entraîner » à se battre avec un Immortel ? Je sens que cette affaire va mal tourner… dystopies ados

–          De toute façon, ils ne pourront jamais être vraiment un binôme parfait. Tu te vois faire confiance à un tel énergumène ? Alors établir un lien fort, d’osmose, ça ne risque pas ! S’ils devaient partir en mission ensemble, ce serait une catastrophe !

–          Je suis certaine qu’elle est en danger. C’est une provocatrice née, incapable de se retenir. Et lui une bombe à retardement. Un seul mot de travers et il pourrait rentrer dans une de ces crises de violence qui la tuerait ! dystopies ados

Quelqu’un m’observe. Je relève les yeux. La tête encapuchonnée est tournée vers moi. Il me fait signe de le suivre. Lorsqu’il traverse la salle, sa silhouette noire déplace comme un vent froid dans les esprits ; le « I » rouge de sa cape s’est soulevé lorsqu’il a fait demi-tour.

dystopies ados

 

 

Episode 20                       Retour vers la bibliothèque                       Episode 22 (parution le 22/12/17)

 

Ce roman vous plaît? Alors parlez-en autour de vous. Le bouche à oreille, c’est encore mieux que Google!

Et n’hésitez pas à me laisser un gentil commentaire : ce sera ma meilleure récompense.

 

Voici la liste des épisodes et leur date de parution sur le blog :

épisode 1du 1/12                  épisode 8 du 8/12                 épisode 15 du 15/12                épisode 22 du 22/12

épisode 2 du 2/12                 épisode 9 du 9/12                 épisode 16 du 16/12                épisode 23 du 23/12

épisode 3 du 3/12                 épisode 10 du 10/12              épisode 17 du 17/12               épisode 24 du 24/12

épisode 4 du 4/12                 épisode 11 du 11/12               épisode 18 du 18/12               épisode 25 du 25/12

épisode 5 du 5/12                 épisode 12 du 12/12               épisode 19 du 19/12

épisode 6 du 6/12                 épisode 13 du 13/12               épisode 20 du 20/12

épisode 7  du 7/12                épisode 14 du 14/12               épisode 21 du 21/12

dystopies ados
MagnusMens roman gratuit épisode 21

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.