Marie de Marek Halter

Marie de Marek Halter

Un roman sur la jeunesse de celle qui sera plus tard la mère de Jésus.Qui ne connaît pas Marie?Figure religieuse emblématique.Qui connaît son histoire?

Thème :

Religion, femmes célèbres, Vierge Marie

L’intrigue :

Qui ne connaît pas Marie ? Figure emblématique de la chrétienté et des musulmans, mère de Jésus ; elle a inspiré bien des prières, bien des artistes, des vocations aussi, ou simplement donné son prénom à de nombreux enfants.

Mais qui connaît son histoire ? Voici « la Marie » de Marek Halter dans son adolescence, et son parcours qui l’a amenée à devenir la mère de Jésus. Pour tous les curieux, chrétiens ou pas, croyants ou pas…

 

La vie de Marie, mère de Jésus
Voici des représentations et des visions bien différentes des étapes de la vie de Marie
Marie - visions d'artistes
encore d’autres représentations de Marie

3 bonnes raisons de lire  « Marie » :

  • Pour rencontrer Marie, ses parents, Elisabeth, Marie de Magdala, Joseph, mais aussi Barrabas… et plonger dans cette époque sombre de l’histoire d’Israël aux mains des romains, du temps du cruel Hérode et des révoltes.
  • Pour la belle histoire de cette jeune femme déterminée, prête à tout pour défendre ses idées dans un monde patriarcal où la femme n’avait pas son mot à dire. Cette Marie est-elle la vrai ? Peu importe, car elle nous touche, croyants ou pas, et nous donne envie à nous aussi de défendre une vision plus tolérante envers les races, les religions, et les femmes ; une vision du monde sans violence où l’amour de son prochain doit vaincre.
  • Comment pourrait-on être surpris par un roman dont on connaît si bien l’histoire, la fin ? Marek Halter sait ici nous démontrer à quel point on croit connaître un personnage, une histoire, et la détourner pour nous prouver que l’on en sait si peu. Et si sa version était la vrai…

 

Anecdotes à raconter à la machine à café :

Que savons-nous de Maire ? Voici un des personnages les plus importants du nouveau testament. Pourtant, savez-vous combien de fois il y fait référence ? 4 fois seulement ! Je vous invite à lire le paragraphe « pour aller plus loin » pour savoir quelles sont ses apparitions.

 

Envie de lire  » Marie  » tout de suite? Suivez le lien vers le livre :

 » Marie  » vous a plu? Pour aller plus loin,

Un peu dHistoire :

Marie en Palestine - carte
La Palestine au temps de Marie et de Jésus.

« Israël » est le nom donné au peuple hébreu qui vivait en Palestine au temps de Jésus. Au Ier siècle de notre ère, la Palestine est sous le contrôle de l’Empire romain depuis déjà plusieurs générations. Une partie plus ou moins grande de la Palestine est dirigée par un roi juif, désigné par Rome. Le roi en place du temps de Marie se nomme Herode ; il a un royaume couvrant la plus grande partie de la Palestine. A la mort d’Herode, le royaume sera divisé entre ses fils. Archelaüs (aussi sanglant que son père Hérode) reçoit de l’empereur romain le titre d’ethnarque pour gouverner la Judée, la Samarie et l’Idumée (régions de la Palestine). Ponce Pilate y était « procurateur romain » ; c’est-à-dire administrateur. Antipas (qui fait précéder son nom de celui de son père et se fait appeler Herode-Antipas) reçoit le titre de tétrarque et administre la Galilée.

Malgré la domination romaine, on ne parlait pas latin en Palestine, car dans la partie orientale de cet immense Empire, la langue administrative la plus commune était le grec, l’hébreu n’était plus parlé que par les prêtres et les juristes sous forme d’un dialecte populaire très déformé près de Jérusalem. Et la langue des habitants était l’araméen depuis la déportation à Babylone.

Les tensions étaient fortes entre le peuple et ses occupants.

Si, en règle générale, les Romains respectaient les coutumes juives, ils ignorèrent souvent ce qui pouvait heurter les juifs. Une affaire aussi banale que l’adduction d’eau à Jérusalem finit par un massacre car, pour mettre en route pareil chantier alimentant entre autres les besoins du Temple et des pèlerins, Pilate avait puisé dans le trésor du Temple. Si certains Juifs, comme les Sadducéens -les principaux desservants du Temple- étaient prêts à collaborer avec l’occupant et trouvaient, au moins jusqu’en 50, leur avantage dans la paix romaine (des routes entretenues, la libre circulation des pèlerins qu’elle permet grâce à la présence des soldats romains), d’autres plus radicaux (sicaires et zélotes) souhaitent la purification de leur territoire soit par l’expulsion de ses occupants indésirables, soit par le massacre pur et simple des ennemis, ou encore en devenant eux-mêmes des conquérants. C’est le sens du mouvement terroriste qui prend de plus en plus d’ampleur dans les années 50 …

Herode était roi de Palestine du temps de Marie
Herode était roi de Palestine du temps de Marie
Herode Antipas - fils d'Herode - au temps de Marie
Herode Antipas – fils d’Herode

Herode lui-même avait la réputation d’un souverain cruel détesté du peuple, n’hésitant pas à tuer son entourage pour consolider son règne, y compris sa propre épouse et ses fils qui auraient comploté contre lui. Le rôle déterminant de Rome dans sa prise de pouvoir, ajouté au fait qu’Hérode était Iduméen (donc pas tout à fait Juif) a entraîné une forte hostilité du peuple et des chefs juifs. Les douze premières années de son règne ont été une période de consolidation de son pouvoir. Sa politique de répression impitoyable a éliminé progressivement toute opposition. On rapporte ainsi qu’il a fait exécuter 45 partisans du roi et grand prêtre Antigone, dernier roi hasmonéen à régner.

Malgré tous les efforts d’Herode pour éliminer les prétentions de ses rivaux, les neuf dernières années de son règne seront marquées par des luttes de pouvoir internes. Hérode s’était marié plusieurs fois, avec des femmes d’origines différentes (juives hasmonéennes, iduméennes), et les enfants issus de ces mariages lui causant bien des soucis, il n’hésitera pas à les massacrer purement et simplement. Il fera ainsi périr trois de ses beaux-frères, trois de ses fils, dont un quelques jours seulement avant sa mort, et son épouse bien-aimée, l’Hasmonéenne Myriammé, qu’il chérissait entre toutes. Mais il ne se consolera pas de sa disparition !

 

Sur l’histoire de Marie :

Les plus anciennes sources dont nous disposons sur l’origine de Marie sont les évangiles canoniques. Marie y apparaît pour la première fois lors du récit de l’Annonciation. L’Ange Gabriel lui annonce alors qu’elle enfantera d’un nouveau-né engendré par le Saint-Esprit. Puis vient le récit de la nativité avec la naissance de Jésus à Bethléem. Marie, enceinte de neuf mois, et son fiancé Joseph y viennent pour se faire recenser. C’est là que naîtra Jésus. Un peu plus tard, il est fait mention des parents de Jésus lors lorsqu’il est perdu à Jérusalem lors de la grande fête de Pâques : ses parents le retrouvent au Temple au milieu des Docteurs qui s’émerveillaient de son intelligence. Il n’est plus fait mention de Marie pendant longtemps et ses rapports avec son fils sont peu connus. C’est pourtant elle qui va lancer en quelque sorte sa vie publique en l’invitant lors des noces de Cana à changer l’eau en vin. Quatrième apparition pour Marie dans les évangiles : le récit de la passion. Elle est au pied de la croix avec Marie-Madeleine et Jean. C’est à ce moment-là que Jésus aurait confié sa mère au disciple. Voilà donc les uniques apparitions de Marie et tout ce qu’on sait d’elle.

Quelle a été la démarche de Marek Halter pour construire son récit sur Marie ? Laissons l’auteur lui-même nous le raconter (extrait d’une interview qu’il a donnée à Direct matin) :

Marek Halter auteur de Marie
HALTER, Marek

« Après deux ans d’enquête, tout s’est enchaîné naturellement, et c’est elle qui m’a guidé. J’ai parcouru les textes de l’Eglise, les apocryphes (textes cachés), la littérature de l’époque écrite en grec, en hébreu ou en araméen, et enfin, les conclusions des recherches des historiens et des archéologues. Nous avons la chance d’avoir beaucoup d’informations sur la manière dont les gens vivaient et s’habillaient à l’époque, de quoi ils parlaient, comment ils se mariaient et s’aimaient, comment ils enfantaient… Après ces recherches et plusieurs voyages à Nazareth, le contexte historique devient très clair. Et quand le cadre est bien déterminé, le personnage évolue naturellement. J’ai compris le comportement de Marie, ce qu’elle ressentait et comment elle est devenue la mère du Christ. Il a juste fallu faire ce passionnant travail de reconstitution, privilège des écrivains. Je me suis senti comme une sorte d’Hercule Poirot, qui cherche non pas l’assassin dans la maison d’à côté mais le personnage dans l’Histoire»

Voici un lien vers le site des éditions Robert Laffont qui présentent son auteur Marek Halter.

Envie de lire d’autres romans historiques? Voici mes propositions :

Pour un autre moment de l’histoire avec une femme forte : L’allée du roi

Pour plonger cette fois dans le monde musulman : Samarcande

Et  bien d’autres encore : Meilleurs romans historiques

 

Retour vers la bibliothèque

Comment avez-vous trouvé cet article ?

 

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.