Le nom de la rose d’Umberto Eco

Le nom de la rose » de Umberto Eco

Un polar génial.Un monastère isolé du XIVème,des meurtres,une bibliothèque mystérieuse,sous fond d’inquisition.Une enquête au moyen age, avec un héro inspiré de Sherlock Holmes. Suspense, suspense…

Thème :

Moyen âge, meurtres, enquête, religion, moines copistes, manuscrit

Le nom de la rose - un monastère - une bibliothèque - des manuscrits anciens - des moines pas très catholiques...
Le nom de la rose – un monastère – une bibliothèque – des manuscrits anciens – des moines pas très catholiques…

L’intrigue :

En l’an 1327, dans une abbaye bénédictine, des moines copistes sont retrouvés morts dans des circonstances violentes, un doigt couvert de taches brunes. Un ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville et son novice sont sollicités pour mener l’enquête, et découvrent les étranges moines et leurs secrets.

Eglise_abbatiale_d'Aubazine-monastère scriptorium 

3 bonnes raisons de lire  « Le nom de la rose » :

  • Pour la construction parfaite de l’enquête. Elle nous mène d’indices en indices, dans une logique implacable; en nous tenant de plus en plus en haleine. Guillaume de Baskerville (en référence au livre d’Arthur Conan Doyle « Le chien des Baskerville » bien sûr) est le Sherlock Holmes du moyen âge, son novice Adso le Docteur Watson. Pour tous ceux qui aiment les très bons polars.
  • Pour l’atmosphère intense de ce monastère propice aux secrets et aux énigmes, son angoissante bibliothèque à la structure de labyrinthe, ses moines reclus, vivants dans la crainte de Dieu et du diable et son obscurantisme ambiant.
  • Comme tous les livres d’Umberto Eco, celui-ci se lit sur plusieurs niveaux : il y a la trame de l’histoire avec ce polar génial moyenâgeux, la retranscription historique très fidèle de cette époque sombre et obscure, l’omniprésence de l’Eglise et les débats sur les dogmes; enfin, il y a cette lutte d’un Franciscain contre l’obscurantisme et l’inquisition, pour le savoir. Et comme dans tout roman d’Umberto Eco, les références et allusions à l’histoire et la littérature sont nombreuses, pour le plaisir des plus érudits. Chacun y trouvera son compte.

 

Anecdotes à raconter à la machine à café :

On pourrait écrire un livre sur toutes les références que l’auteur a glissé dans son roman. Si tous les personnages s’inspirent de près ou de loin d’une figure de l’histoire, il en est un qui a gardé son nom dans ce roman : il s’agit de l’inquisiteur de l’hérésie Bernardo Gui, très célèbre à son époque pour ses méthodes particulièrement cruelles. Son œuvre manuscrite « le livre des inquisiteurs » est arrivée jusqu’à nous et elle a inspiré les techniques d’interrogatoire des Nazies.

 

Envie de lire « Le nom de la rose  » tout de suite? Suivez le lien vers le livre :

« Le nom de la rose  » vous a plu? Pour aller plus loin,

enluminure1Enluminure2enluminure3

Le saviez-vous?

  • Les moines copistes sont les inventeurs du point d’interrogation !?!
  • On leur prêterait également l’invention du @. La première datation qu’on a pu en faire remonte à 1536. – voir cet article de « la Croix »

scriptorium2

La vie des moines copiste était particulièrement laborieuse : ils passaient de longues heures assis sur des chaises inconfortables, dans le froid (pour éviter les risques de feu), tenant le parchemin qui s’enroulait d’une main, la plume d’oiseau de l’autre, attentif à tout risque de tâche d’encre ; et ce dans un silence absolu (vœux de silence).

enluminure4enluminure5Pour se distraire, ils gribouillaient de drôles de dessins ou laissaient des petits messages en marge des manuscrits : des plaintes sur leurs conditions de travail, de l’humour, ou parfois même des choses plus graveleuses !

A découvrir ici

 

Pour en savoir plus sur le livre « le nom de la rose », sa mystérieuse bibliothèque, ses moines étranges, … vous pouvez regarder cette émission de Pivot interviewant Umberto Eco lors de la sortie de son roman : présentation du nom de la rose par Umberto Eco

 

Envie de lire d’autres romans du même style? Voici mes propositions :

Roman à suspense à l’atmosphère intense : Le silence des agneaux de Thomas Harris

Roman historique à l’atmosphère intense : Le Parfum de Patrick Süskind

 

 

Retour vers la bibliothèque

Comment avez-vous trouvé cet article ?

 

 

 

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.