Shining de Stephen King

Shining de Stephen King

Avez-vous déjà eu peur en ouvrant un livre… sans pour autant pouvoir le lâcher jusqu’à la fin…

Thème :

Thriller psychologique, effroi, paranormal

L’intrigue :

Ecrivain raté, ancien alcoolique, Jack Torrance accepte un travail de gardien d’hôtel pour remettre sa famille à flot. Il part s’enfermer pour tout l’hiver avec sa femme Wendy et son fils Danny, 5 ans. L’hôtel de luxe est perdu dans les montagnes et coupé du monde lorsque la neige s’installe. Danny est un enfant de lumière (shining), c’est-à-dire qu’il a des dons de médium et ressent les forces surnaturelles. Dès son arrivée à l’hôtel, il commence à avoir des visions terrifiantes liées au passé de l’hôtel. Mais il n’ose rien avouer à ses parents. Que signifient ses visions de cette fête masquée qui a eu lieu autrefois ici ? D’où viennent ces traces de sang sur le mur de la suite présidentielle que seul Danny peut voir ? Et qu’est-ce qui se cache derrière la porte de la chambre 217 qui fait si peur à Danny ?

 

3 bonnes raisons de lire  « Shining » :

l’hôtel de Shining : un des personnages principaux du roman!
l’hôtel de Shining : un des personnages principaux du roman!
  • Il est bien difficile de faire peur à travers un livre, comme c’est le cas d’un film : pas de roulement de tambour, pas d’image choc qui saute aux yeux. Mais Stephen King est un maître dans l’art du thriller qui tient en haleine et qui fait frissonner et ce livre est un de ses meilleurs. Ames sensibles s’abstenir!
  • Intense, le suspense bien construit, monte irrémédiablement. De simple pression, l’angoisse se transforme jusqu’à la terreur. C’est ainsi que les personnages évoluent. Complexes, troubles, à cheval entre le bien et le mal, ils luttent avec peine. Shining, c’est aussi un thriller psychologique bien ficelé !
  • Dans ce roman, l’hôtel est un personnage à part entière ; un lieu démoniaque qui cherche à influencer puis contrôler ses futures victimes. Il joue avec la psychologie des personnages, leurs faiblesses. On assiste impuissant à la transformation de Jack et de Danny. Jusqu’au final…

 

Anecdotes à raconter à la machine à café :

Shining a été écrit en 1977 par Stephen King. C’est son troisième roman, et Stephen King acquiert avec lui la réputation d’un grand auteur de fantastique.

En 1980, Stanley Kubrick réalise une adaptation cinématographique mondialement célèbre de ce roman avec Jack Nicholson dans le rôle principal. Pourtant Stephen King est mécontent de cette adaptation. Il aurait déclaré : «Certaines parties font froid dans le dos, […] mais d’autres tombent à plat. […] C’est un film réalisé par un homme qui réfléchit trop et ne ressent pas assez».

Stephen King auteur de Shining, grand écrivain du genre thriller et effroi
Stephen King auteur de Shining, grand écrivain du genre thriller et effroi

 

Envie de lire « Shining  » tout de suite? Suivez le lien vers le livre :

 » Shining » vous a plu? Pour aller plus loin,

La suite de Shining :

En 2013, soit 36 ans après l’écriture de Shining, Stephen King a sorti le roman « Docteur sleep » qui est en fait  la suite de Shining. A lire pour les fans du genre…

Sur Shining – le livre :

Stephen King s’est inspiré librement du plan du Stanley Hôtel à Estes Park pour créer son « Overlook » dans Shining. L’hôtel Stanley a plus tard accueilli une fête organisée par des fans de Stephen King et à cette occasion, un des invités s’est amusé à changer tous les numéros de chambres en 217 !

Shining - l'hotel qui a inspiré le roman
Voici l’hôtel qui a inspiré Stephen King pour Shining
Shining faitpeur comm euin hotel hanté
Coupé du monde l’hiver, l’hôtel de Shining laisse ses gardiens face à eux-mêmes et à d’étranges phénomènes.

Le thème principal de Shining (et un des thèmes favoris de Stephen King) est la destruction de la famille. Jack, Wendy et Danny Torrance forment non seulement une famille qui doit vaincre la triple menace de l’alcoolisme, du divorce et d’une possible folie, mais ils sont également isolés de tout autre être humain par des kilomètres de montagnes, de forêts et des tonnes de neige et ils vivent dans un hôtel hanté qui ne rêve que d’une chose : les détruire tous les trois.

De même, dans Shining, le peu de personnages réunis et la concentration extrême de sa mise en place, permettent à Stephen King d’explorer plus en profondeur ses personnages. Hallorann, par exemple, émerge rapidement du second plan, offrant à Danny les premières clés pour comprendre « la lumière » et jetant les bases des actions qui réaliseront dans les dernières pages de l’histoire.

L’approche minutieuse de l’aspect psychologique des personnages rend l’histoire encore plus intense : de la désintégration de Jack, de la prise de conscience de Wendy, quant à leur condition critique, et de la peur grandissante de Danny, alors que l’hôtel (personnage à part entière) se découvre de plus en plus, génère une énergie, un mouvement, que l’on ne retrouve dans aucun autre roman de Stephen King. Depuis la première scène, jusqu’à la dernière, l’histoire glisse inexorablement vers sa conclusion dévastatrice et le lecteur a le sentiment que rien ne pourra l’arrêter.

Mais ce qui est le plus remarquable à propos de Shining, ce sont, sans doute, ses images :

  • le mot mystérieux « REDRUM » (dans la version anglaise)
  • les visions nocturnes de Danny et son ami de rêve, Tony ;
  • les animaux taillés dans les haies qui prennent vie (remplacés dans le film de Kubrick par un labyrinthe dont l’image est presque aussi puissante que celle du livre) ;
  • l’anneau de béton dans le jardin couvert de neige;
  • Jack Torrance dans un bar vide;
  • La suite Présidentielle;
  • La porte de la chambre 217;

…et bien d’autres que je ne citerai pas ici pour ne pas spoiler l’histoire et qui sont devenues cultes.

Redrum - le message mystérieux qui apparait à Danny dans Shining
Redrum – le message mystérieux qui apparaît à Danny dans Shining

Tout sert un thème fort (cher à Stephen King) qui est en filigrane tout au long du roman : le Mal ne meurt jamais vraiment.

King amplifie encore ce sens par de multiples allusions à des auteurs classiques, à des écrivains de terreur (on pense au Masque de la Mort rouge de Poe) et à des auteurs dramatiques modernes (le roman est structuré comme une pièce en cinq actes, avec un prologue qui, dans l’introduction originale publiée par ailleurs, s’intitule « avant la pièce »).

 

Sur Shining – le film :

Avec « Shining », Stanley Kubrick est parvenu à faire ce que la plupart des réalisateurs tentent vainement de reproduire depuis dans le genre de l’horreur : créer des images qui restent parmi les plus terrifiantes de l’histoire. Que celui qui n’a pas tremblé, au moins d’émotion, ou sursauté face aux apparitions des sœurs Grady au bout du couloir, nous jette la première hache.
Mal aimé en son temps, rejeté par la critique, « Shining » s’est imposé au fil des ans pour se rapprocher de ce que Kubrick avait toujours espéré en faire, à savoir le film le plus effrayant de tous les temps. Et il a donné lieu à toute une toile de mythologies, d’anecdotes et de légendes qui vont de la parodie à l’hommage, dans des domaines aussi variés que la série TV, le dessin animé, le jeu vidéo ou la musique.

phénomènes étranges dans Shining
phénomènes étranges dans Shining

Divergeances entre  » Shining  » le livre et  » Shining « le film :

Avec Shining, Stephen King avait écrit une œuvre personnelle vouée à exorciser sa relation conflictuelle à l’alcool et ses conséquences sur ses proches. Kubrick et Johnson vident le roman de sa substance et modifient son sens : exit la victimisation d’un père détruit par les spectres d’un hôtel après avoir subi les affres de l’alcoolisme, le scénario transforme l’épouvante en creuset psychologique et l’horreur en parcours psychanalytique.
Chez Kubrick, Jack Torrance est déjà fou (il faut voir son sourire de malade mental dès qu’il répond aux questions du directeur de l’Overlook, dans les premières minutes du film) et il a un sérieux problème avec sa petite famille, quand bien même, de temps à autre, il y est aidé par des apparitions spectrales.
Le film fait donc de Jack son personnage principal, torturé, et de Danny son espoir secondaire, reléguant Wendy au rôle de potiche.

Voici encore quelques différences entre le roman et le film :

Dans le film le directeur Ullman explique que l’hôtel a été construit sur un ancien cimetière indien, ce qui permet de proposer une éventuelle lecture culpabilisante de la présence de fantômes liés au génocide des autochtones par les ancêtres des Américains.

Dans le film, le numéro de la chambre maudite, est changé de 217 à 237 – parce que le Timberline Lodge, dans l’Oregon, lieu de tournage du film, possédait réellement une chambre 217 et que ses dirigeants ne voulaient pas de cette encombrante parenté.

Gros changement : le film abandonne la présence de la chaudière, moteur narratif jusqu’aux dernières pages du roman, pour lui préférer la machine à écrire de Jack.

Kubrick décide d’illustrer son film par l’existence d’un labyrinthe de feuillages qui se substitue aux animaux de buis du roman, qui s’animent pour attaquer Danny. Ce labyrinthe n’accueille pas seulement le dénouement du film : il devient une figuration de l’esprit malade de Jack.

 

Sur les acteurs de Shining :

Jack Nicholson va incarner Jack Torrance et l’immortaliser avec son rire fou.

Jack Nickolson dans Shining
Jack Nickolson dans Shining

Pour interpréter le jeune Danny Torrance, Kubrick envoie un acolyte à la recherche de l’enfant idéal. Danny Lloyd, six ans, répond aux critères du réalisateur parmi quelques cinq mille candidats. Il fera tout, durant le tournage, pour dissimuler au garçon qu’il s’agit d’un film d’effroi afin de lui épargner des cauchemars.

Ainsi le jeune acteur n’a appris que bien plus tard dans quel genre de film il avait tourné !

Pour conclure sur Shining :

« Shining » est un film à plusieurs niveaux et autant de lectures dont le propre est de perdre celui qui s’y aventure, avec une délectation que l’on prête volontiers à son réalisateur, comme un jeu de pistes à l’issue imprévisible. En cela, il reste fidèle au roman.

Et pour ceux qui adorent pister les moindres erreurs de mise en scène, voici un lien qui vous montre les plans ratés, défauts de raccord…

=> erreurs dans le film Shining

 

Envie de lire d’autres thrillers ? Voici mes propositions :

Retour vers la bibliothèque

Comment avez-vous trouvé cet article ?

 

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.