La dernière fugitive de Tracy Chevalier

La dernière fugitive de Tracy Chevalier

Un des derniers romans de l’auteur de la jeune fille à la perle : un beau tableau de l’Amérique de la conquête de l’ouest à travers les yeux d’une jeune quaker anglaise

Thème :

romance, historique, aventure, Amérique de la conquête de l’ouest, quaker, esclavagisme, fuite des noirs, chasseur d’esclaves, industrialisation, réseau clandestin

L’intrigue :

1850. Suite à une désillusion amoureuse, la jeune Honor Bright, une anglaise de la communauté quaker, décide d’accompagner sa soeur qui émigre aux Etats Unis pour épouser un ancien ami  établi là-bas. La traversée de l’océan est longue et laborieuse ; ainsi que le chemin qui mène à leur destination dans l’Ohio. Et Honor ne pensait pas être autant dépaysée et perdue dans ce pays aux mœurs et coutumes si éloignées des siennes, même au sein des communautés quaker. Lorsque sa soeur meurt en route, emportée par une fièvre jaune, Honor se retrouve seule au monde.

3 bonnes raisons de lire  ” La dernière fugitive ” :

  • Honor est une jeune femme timide, pleine de principes et de bons sentiments, habituée à une vie paisible de jeune quaker : broderie, prière, silence. Ce roman est à la fois son portrait intime et le récit de son éclosion. Tout en finesses comme sait si bien le faire Tracy Chevalier; un voyage à la fois à travers un pays mais aussi un voyage intimiste.
  • Un roman de Tracy Chevalier, c’est avant tout une ambiance, un tableau en vrai dans lequel on est complètement immergé. Couleurs, odeurs, sensations tactiles : les petits détails n’en rendent l’ensemble que plus réaliste. Un beau portrait de femme “ordinaire” et le tableau de toute une époque.
  • “Peindre un portrait” de l’Amérique aux temps de la conquête de l’ouest avait été réalisé dans de nombreux romans et il me semblait que presque tout avait été dit sur le sujet. J’ai pourtant découvert dans “la dernière fugitive” avec étonnement des sensations que je n’avais jamais vues décrites aussi bien ainsi que des thèmes peu abordés jusqu’ici : la communauté des quakers, le dépaysement, la sensation d’un pays trop jeune où rien n’est définitif et stable, et l’incompatibilité entre les règles de vie des quakers et l’esclavagisme, les esclaves en fuite et leur organisation pour s’entraider. Pour Honor si réservée et pudique, seule dans ce pays violent et intransigeant, c’est le choc qui va la pousser à braver les interdits au nom de ses valeurs morales.

 

Anecdotes à raconter à la machine à café :

Des mœurs de l’Amérique de 1850 aux des traditions quaker; de l’histoire de l’Ohio à celle des fermiers; de l’esclavagisme au “chemin de fer” clandestin; des patchworks anglais traditionnels à la confection des chapeaux de l’époque; chacun des moindres sujets a fait l’objet d’une étude approfondie de la part de l’auteur. Ainsi Tracy Chevalier s’est appuyé sur de nombreux écrits mais elle a aussi arpenté l’Ohio, y compris en avion pour survoler le décor du roman, participé à des réunions de quakers, et pour ce qui est des patchworks, elle avoue même : “bien sûr, j’ai dû m’y mettre”. Tous ces éléments qui contribuent, en plus de son style d’écriture, à rendre le roman des plus réalistes.

 

La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier
La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier

 

 

La jeune fille à la perle . Voici le roman qui a fait connaître Tracy Chevalier. Ce portrait de femme s’inspire du très énigmatique tableau de Vermeer. Et si cela s’était vraiment déroulé comme ça?

 

 

 

 

 

Envie de lire “La dernière fugitive ” tout de suite? Suivez le lien vers le livre :

” La dernière fugitive ” vous a plu? Pour aller plus loin,

La dernière fugitive et le chemin de fer clandestin

Contrairement à ce qu’on pourrait penser ce chemin de fer ne fait pas référence au train mais aux routes qu’empruntaient les esclaves noirs en fuite pour trouver de l’aide pour atteindre le nord du pays puis le Canada.

Nous sommes en 1850 aux Etats Unis. A cette époque, seule l’Amérique du nord a abolit l’esclavage. En théorie, les noirs y sont donc libres. Mais le congrès vient de voter une loi qui oblige les habitants à aider les chasseurs d’esclages à retrouver les fugitifs qui passent dans leur région. Il était également difficile pour un noir de prouver qu’il était né libre dans les états du nord et n’était pas un fugitif échappé d’un état esclavagiste. Ainsi les habitants du nord, irrités par ces injustices, commencèrent à aider les noirs dans leur fuite. Le réseau du “chemin de fer” était né. Il englobait certes le réseau de routes mais aussi les lieux de refuge et les personnes qui leurs venaient en aide.  Ce réseau va fonctionner durant 20 ans et permettre à 30000 esclaves noirs en fuite de retrouver leur liberté.

Le vocabulaire autour de cette organisation était emprunté au train; grand succès industriel de l’époque.

  • les personnes qui aidaient les esclaves à trouver le chemin de fer étaient les « agents » ;
  • les guides étaient les « chefs de train » ;
  • les lieux secrets étaient les « stations » ;
  • les « chefs de gare » cachaient les esclaves chez eux ;
  • les esclaves en fuite étaient appelés les « passagers » ou « cargaison » ;
  • les esclaves obtenaient un « ticket » ;
  • les bienfaiteurs financiers du chemin de fer étaient connus sous le nom d’« actionnaires ».

Harriet Tubman est une de ces “chefs de train” qui ont marqué l’histoire de ce réseau : une femme de courage! Voici son histoire. Et vous découvrirez ici le lien qu’il y avait avec les quakers et patchworks de notre héroïne Honor.

 

Envie de lire d’autres romans historiques sur des femmes au destinées particulières? Voici mes propositions :

 

Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka - couverture du livre neige
Certaines n’avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka

Certaines n’avaient jamais vu la mer. Début du XXème siècle : les Etats Unis sont toujours l’eldorado qui fait rêver. Des japonaises fuient leur pays et leur vie de misère pour ce qu’elles croient être leur paradis. Un roman autour d’une histoire vrai. Un pan de l’Histoire des USA. Des destins de femmes

 

allee du roi le secret du roi Louis XIV reine de France
L’allée du Roi de Françoise Chandernagor

L’allée du roi de Françoise Chandernagor un destin hors du commun pour cette femme née en prison et qui deviendra épouse de roi… Uns histoire vrai raconté par un auteur génial.

 

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur - roman culte américain sur la ségrégation entre noirs et blancs dans les années 30. Symbole de tolérance.
Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – roman culte américain sur la ségrégation entre noirs et blancs dans les années 30.

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur : Etats Unis années 30. Les noirs maintenant sont libres. Mais c’est l’époque de la ségrégation. Un pays vu par une petite fille à l’esprit aussi vif qu’innocent. Un roman qui est entré dans l’Histoire des USA.

 

Retour vers la bibliothèque

Cet article vous a plu? Alors parlez-en autour de vous. Le bouche à oreille, c’est encore mieux que Google!

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.