MagnusMens épisode 11 – dystopies lire gratuitement

MagnusMens épisode 11 – lecture offerte dystopies lire

            (article “MagnusMens épisode 11 – dystopie lire gratuitement” paru pour la première fois en décembre 2017 et mis à jour en aout 2018)

Le mois de décembre est propice aux rêves avec les fêtes de Noël. C’est le mois des cadeaux et du calendrier de l’avent. dystopies lire

Alors j’ai décidé de vous offrir chaque jour un épisode gratuit de mon roman MagnusMens (détails du roman ici). dystopies lire

Oui, si vous venez régulièrement sur ce blog, vous devez savoir que je propose ici de nombreux choix de romans gratuits (célèbres ou pas, classiques ou récents, en tout cas, tous de qualité). Alors, c’est avec un écrit de mon cru que je vous invite à égrainer le calendrier de l’avent et découvrir chaque jour un nouvel épisode de MagnusMens. dystopies lire

Bon voyage dans l’imaginaire! dystopies lire

Vous avez manqué l’épisode précédent? Vous pouvez le lire ou le retrouver ici : Episode 10

Vous cherchez d’autres épisodes : reportez-vous en bas de cette page pour tous les liens. Pressé de lire la suite? Revenez chaque jour à 17h pour la parution de l’épisode suivant…

dystopies lire

Défouloir de pensées – Cabine personnelle de Melchior dystopies lire

dystopies lire

Je confesse mes péchés à cette machine, afin qu’elle absorbe tel un trou noir ce qu’il y a de plus sombre en moi, qu’elle le broie et le fasse disparaître à jamais. Que personne n’accède à ces pensées, pas même la Déesse, qui est bonté. Qu’elle me purifie et que le bien seul reste en moi. Ainsi soit-il.

dystopies lire

Ah, mon frère, parfois, je te déteste. De plus en plus souvent. Tes airs condescendants de miel et de poison mêlés. Ta façon de pointer du doigt mes erreurs sans les nommer : « cette fois » ! Que de non-dits dans « cette fois ». Quelle manière de rappeler qu’il y a eu un avant, que j’en étais l’instigateur, que mes plans se sont effondrés, que par ma faute, nous sommes en guerre ! Juste deux mots pour faire encore peser sur moi toute la faute, et te positionner en sauveur avec ta candidate. « Cette fois » ! dystopies lire

Et les autres t’ont approuvé en silence, les fourbes. Vous étiez pourtant tous avec moi auparavant, emballés par ma proposition. Il était tout ce que nous recherchions : l’esprit brillant d’intelligence, la force physique, et même un peu de notre don de lumière ! Mais la Déesse l’a rejeté ! C’est d’elle que viennent tous nos ennuis, pas de moi ! dystopies lire

Que d’investissement dans ton plan, mon frère, que de manipulations tu nous as fait faire. C’en est écœurant. Tu les as mariés comme on choisit un couple de chevaux pour engendrer une bête de course. Sans parler des risques. Et pour quel résultat ? Tu imaginais un enfant vif, à l’écoute de nos préceptes ; devenant plus tard un homme à poigne, bon et juste. Et la voilà, aussi frêle que sa mère, têtue comme un âne bâté, et revendicative avec ça. dystopies lire

Ah, mon frère, nous ne risquons pas une guerre avec ta candidate, au pire une révolte, au mieux sa fin tragique lors de l’assaut final. Je vous le prouverai. Je te ferai avaler ton « cette fois » !

dystopies lire

Premier vol    dystopies lire

dystopies lire

En rage, je déambule de nouveau dans ce labyrinthe de couloirs en bousculant tout le monde. La colère coule le long de mes veines comme du feu. Descendre vers les ponts « chambrées » pour trouver une salle d’eau. Plonger ma tête sous le robinet pour me calmer… dystopies lire

Au centre, deux rangées de lavabos se font face, des miroirs suspendus entre eux ; contre les murs, les douches. La pièce exiguë est saturée de filles agitées, en pleine toilette, de cris qui résonnent, d’odeur de savonnette, de chaleur humide. Je fonce vers un robinet d’eau froide et plonge mon visage. Le froid mordille ma peau. Mais sous les tempes, le sang bout toujours. Je me redresse. Mon reflet dans le miroir fait la moue, deux yeux bleus pleins de défi me fixent avec intensité. L’eau dégouline de mon visage mince. Mes cheveux bruns, en bataille comme toujours, sont un peu mouillés sur les bords et frisottent. Les visages qui impressionnent ne frisottent pas sur les côtés ! Pas étonnant que les Sages me traitent de façon puérile : ils ont déjà choisi mon coéquipier et me laissent attendre trois jours. Ils ont des plans pour moi maintenant et après. Quel après ? Pour eux aussi je ne suis qu’une marionnette entre leurs mains. Et je dois leur obéir ou me retrouver enfermée à vie ! Je replonge la tête sous l’eau froide. Longtemps.

dystopies lire

La petite bande de la planète Cristal est déjà au mess, en pleine discussion, quand j’en franchis le seuil. Cette fois, j’ai moins tourné en rond pour trouver mon chemin. Le plan de ce vaisseau commence à se préciser dans mon esprit. J’ai repéré que le pont numéro trois est celui des salles d’entraînement. Juste en dessous, se trouve le mess avec une partie des chambrées. Je commence à comprendre maintenant pourquoi il est si difficile de se repérer dans ce vaisseau : chaque pont s’étend en réalité sur plusieurs niveaux différents souvent séparés de quelques marches. De plus le pont trois a la particularité d’avoir des couloirs zigzagant entre les chambres, rarement linéaires sur plus de quelques mètres de long. Cependant, la largeur des couloirs donne une indication sur le numéro du pont : les couloirs très larges correspondent au pont quatre, celui des salles d’entraînement et des quartiers des Sages. Le pont trois a des couloirs où l’on peut être trois de front. En revanche au pont deux et un, on se croise avec difficulté. Et puis il y a le fond de cale, où le mot couloir n’a plus vraiment de sens, tant le parcours est semé d’embûches. Enfin, en ce qui concerne le mess, un indice supplémentaire m’a guidée : l’odeur de la nourriture. dystopies lire

J’entre et me dirige vers mes camarades. Instinctivement, je balaye les tables du regard, de longues rangées entourées de bancs, animées par les conversations et les bruits de vaisselle. Il y règne une ambiance de camp militaire avec son lot de gros bras en treillis et de voix fortes. Mon binôme est peut-être là… une tête dure comme moi… Enfin si j’arrive à rester ici… Clar m’interpelle : dystopies lire

–          Hé Gabrielle, tu étais dans quel groupe de test ce matin ? dystopies lire

–          Celui d’Edith et de Ruddy. dystopies lire

–          Viens t’asseoir avec nous et raconte ! dystopies lire

J’enjambe le banc pour m’installer avec eux. Mais avant que j’aie pu ouvrir la bouche, Rog fait éclater sa colère. Il a la mâchoire abîmée et le poignet bandé. dystopies lire

–          Nous aussi on vient de passer avec lui ! Quelle espèce de tortionnaire ont-ils engagé ? Non mais c’est un vrai malade ce type ! Il a décidé de casser des os ! Comme si on avait besoin de blessures avant nos missions ! On est là pour tuer du Mercenaire, pas pour se faire massacrer par nos entraîneurs ! Tu as vu ce qu’il m’a fait. dystopies lire

Il me tend son poignet bandé, et en écho à son mouvement, Clar se frotte le sien. Derrière lui un dos a frissonné, des oreilles se sont tendues. Des oreilles entourées de jolies boucles brunes. dystopies lire

–          J’ai dû aller visiter l’infirmerie pour ça. Enfin, ça, ce n’était pas le plus désagréable : l’infirmière est un ange… dystopies lire

–          Rog…

–          Et Clar ! Il l’a aplatie par terre, cette espèce de taré ! dystopies lire

Il lui prend tendrement la main : dystopies lire

–          Pendant une minute, elle ne respirait plus ; j’ai dû lui faire du bouche à bouche ! Tu te rends compte ! Et s’il n’y avait que lui ! Comment ont-ils pu embaucher ici cette espèce de malade d’Edith ! Nos Vénérables Sages sont censés être les plus… les plus sages de nous tous. Et ce sont nos chefs. Mais tout de même ! Je me demande s’ils ne sont pas en train de devenir séniles… dystopies lire

–          Rog, tu blasphèmes ! dystopies lire

Amusée par l’intervention de Clar, j’enchaîne avec malice :

–          Moi non plus, Rog, je n’ai pas trop apprécié le parcours du combattant à la façon « Edith ». Quant à Ruddy, lorsqu’il m’a testé à la boxe, je l’ai effectivement trouvé un peu à cran… dystopies lire

Il glisse sur le banc pour se rapprocher de moi :

–          Toi ? La boxe avec Ruddy… Et tu es encore entière devant nous ? Avec tes petits bras et ton allure toute frêle ? Comment se fait-il que tu n’aies que ce gros bleu au poignet ! dystopies lire

L’ironie dans sa voix m’amuse et me fait jubiler. Je lui décoche un sourire provocateur :

–          Oh, le bleu au poignet, c’est Edith. Elle m’adore et ne voulait plus me lâcher. Et oui, j’ai combattu avec Ruddy. Et si j’avais su qu’il vous avait maltraités, je lui aurais fait mal ! dystopies lire

–          Allez, arrête tes blagues, super woman ! Où est-ce qu’il t’a blessée ?

–          Bon, j’avoue, je n’ai jamais tenté de le cogner, il n’aurait rien senti. Mais je peux t’assurer que je ne l’ai pas laissé me toucher ! dystopies lire

Rog s’est figé, la mâchoire pendante, le regard admiratif et un peu incrédule. Clar me sourit. Jarl et Tom restent muets.

–          Faudra me montrer ça…

–          Quand tu veux, Rog. Ou quand ton poignet sera rétabli… dystopies lire

–          Oh, le poignet, ça ne m’empêchera pas de me battre…

–          Hum, et vous allez vous entraîner dans quel groupe ?

–          Parcours du combattant pour tout le monde. Puis Tom et Jarl vont boxer avec Luis, Freyj et Clar avec Ruddy. Et moi je serai avec Rocky. Il parait que c’est un stakhanoviste de la boxe ! Et l’après-midi on s’entraînera tous au tir avec Max. Et toi ? dystopies lire

–          Ruddy, Edith, puis l’entraînement en vol l’après-midi.

–          Wouah ! C’est beaucoup plus que les autres pilotes. Il ne t’a pas fait de cadeau, Ruddy !

–          Je crois que j’ai un peu énervé « Gonflette »…Mais si vous aviez vu la tête qu’il faisait quand il me courait après sans jamais pouvoir me toucher ! Ça en valait la peine ! dystopies lire

Rog est emballé par ce sobriquet :

–          Au nom de la Déesse Mère, tu t’appelleras « gonflette » ! Regardez, je marche comme lui !

Et il se met à déambuler jambes et bras écartés, le torse bombé, la tête rentrée dans les épaules, la lèvre inférieure pendante. J’avoue que la ressemblance est plutôt bonne et le fou rire nous prend. Il imite sa voix : dystopies lire

–          Vous devez m’appeler « chef Gonflette ». Allez Gabrielle !

–          D’abord il ne m’appellerait pas par mon prénom : il m’a surnommée P’tits bras. Ensuite, je ne saluerai jamais ce porc.

–          Pourquoi ? dystopies lire

–          J’ai mes raisons… C’est un malade, un fou, une espèce de… Je n’ai aucun respect pour les personnes de son genre. Et s’il croit me mater ou me faire peur, il tombe mal ! Il n’a pas aimé, ce matin, quand je lui ai résisté. Je suis de corvée labyrinthe demain…

Rog me regarde ahuri : dystopies lire

–          Le labyrinthe ! Alors, c’est toi qui vas y passer la première ! Clar, tu entends ça !

–          Ma parole, tu as décidé de provoquer tout le monde ici, Gabrielle ! Ça ne fait pas vingt-quatre heures qu’on est arrivé et tu es déjà envoyée « au trou » !

–          Peut-être, mais ça en valait le coup ! Si vous aviez vu la tête qu’il faisait… dystopies lire

–          Si tu es aussi butée que lui, ça promet ! On a deux têtes dures dans ce vaisseau !

Je reçois la phrase de Clar comme un soufflet. Pas Ruddy, pas lui comme coéquipier ; ce serait l’enfer ! J’ai dû pâlir. Clar s’est penchée vers moi, croyant comprendre mes inquiétudes : dystopies lire

–          Les Vénérables ne t’ont pas choisie pour rien.

Si elle les avait entendus comme moi dire « nous faisons fausse route »… dystopies lire

–          Je crois en l’immense sagesse de nos Vénérables. Ils sont mes guides, je ne crains rien. Et puis, tu es certainement un très bon pilote.

–          A quoi vois-tu cela ?

–          Pour arriver à éviter les coups de Ruddy, tu dois avoir de très bons réflexes… dystopies lire

L’assurance de Clar me fait du bien. A lire dans son esprit, tout est simple, et sûr. Je la vois partir en rêve au cœur de son enfance. Des petits flashs, des réminiscences : le frère et la sœur sur les genoux de leur mère, sautant au rythme d’une comptine, devant son père après sa première victoire en course à pied, avec son frère dans des luttes « pour rire » ou en ballade main dans la main… Et à chaque fois la même fierté brille dans les yeux de ses parents pour leurs « forces de la nature » ! Je ferme mon esprit, étourdie par ces images. dystopies lire

Soudain, toutes les conversations s’arrêtent dans la salle, et tous les regards convergent vers un seul point : dans l’encadrement de la porte d’entrée se découpe la silhouette noire de l’Immortel.

dystopies lire

 

Episode 10                               Retour vers la bibliothèque                              Episode 12 (parution le 12/12/17)

 

Ce roman vous plait? Alors parlez-en autour de vous. Le bouche à oreille, c’est encore mieux que Google!

Et n’hésitez pas à me laisser un gentil commentaire : ce sera ma meilleure récompense.

Voici la liste des épisodes et leur date de parution sur le blog :

épisode 1du 1/12                  épisode 8 du 8/12                 épisode 15 du 15/12                épisode 22 du 22/12

épisode 2 du 2/12                 épisode 9 du 9/12                 épisode 16 du 16/12                épisode 23 du 23/12

épisode 3 du 3/12                 épisode 10 du 10/12              épisode 17 du 17/12               épisode 24 du 24/12

épisode 4 du 4/12                 épisode 11 du 11/12               épisode 18 du 18/12               épisode 25 du 25/12

épisode 5 du 5/12                 épisode 12 du 12/12               épisode 19 du 19/12

épisode 6 du 6/12                 épisode 13 du 13/12               épisode 20 du 20/12

épisode 7  du 7/12                épisode 14 du 14/12               épisode 21 du 21/12

dystopies lire
MagnusMens roman gratuit épisode 11

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.