MagnusMens épisode 9 – dystopies en ligne à lire

MagnusMens épisode 9 – lecture offerte dystopies en ligne

(article “MagnusMens épisode 9 – dystopies en ligne à lire” paru pour la première fois en décembre 2017 et mis à jour en aout 2018)

Le mois de décembre est propice aux rêves avec les fêtes de Noël. C’est le mois des cadeaux et du calendrier de l’avent. dystopies en ligne

Alors j’ai décidé de vous offrir chaque jour un épisode gratuit de mon roman MagnusMens (détails du roman ici). dystopies en ligne

Oui, si vous venez régulièrement sur ce blog, vous devez savoir que je propose ici de nombreux choix de romans gratuits (célèbres ou pas, classiques ou récents, en tout cas, tous de qualité). Alors, c’est avec un écrit de mon cru que je vous invite à égrainer le calendrier de l’avent et découvrir chaque jour un nouvel épisode de MagnusMens. dystopies en ligne

Bon voyage dans l’imaginaire! dystopies en ligne

Vous avez manqué l’épisode précédent? Vous pouvez le lire ou le retrouver ici : Episode 8

Vous cherchez d’autres épisodes : reportez-vous en bas de cette page pour tous les liens. Pressé de lire la suite? Revenez chaque jour à 17h pour la parution de l’épisode suivant…

dystopies en ligne

Les entraîneurs dystopies en ligne

dystopies en ligne

Ce matin, en arpentant ces boyaux étroits et interminables vers les ponts supérieurs, je croise de nombreux panneaux d’affichage. Et partout le même message en lettres jaunes sur fond noir : « Aujourd’hui, évaluations avec vos entraîneurs. J-16 avant l’affrontement ». dystopies en ligne

Le parcours du combattant : ce sera mon premier test à bord du Deus ex Machina. Le lieu est des plus insolites. Comme beaucoup d’ « élus » ici, j’ai souvent pratiqué ce genre d’exercice. Et ce que je découvre devant mes yeux ne ressemble en rien à ce que je connaissais : on se croirait dans une sorte de parc d’attraction ou un jardin d’enfants ! D’un côté de cet immense gymnase, est balisé une sorte de chemin en matière synthétique avec des murs, des fosses, des haies, des cordes, dans des matériaux colorés, mais aussi des structures gonflables, des piscines à balles et même un tas de sables et de galets ! L’autre partie du gymnase est fermée par un mur noir qui le coupe en deux et sur ce mur, est écrit : « labyrinthe » ! Tout cet attirail nous donne envie de sourire et dans mon petit groupe, certains rient de se voir traités comme des enfants. Tom et Jarl, qui sont à mes côtés lorsque je découvre ces installations, s’amusent : dystopies en ligne

–          Regarde, Jarl, ça ressemble au « parcours santé » de notre village, avec la neige en moins bien sûr ! On va bien se défouler… dystopies en ligne

En une fraction de seconde, Tom s’est projeté dans ses souvenirs d’enfance, des images sépia et blanches. Il court à l’instant dans une forêt enneigée, ses parents à ses côtés. Je peux sentir leur admiration pour leur petit garçon. Cette reconnaissance envahit les pensées de Tom d’une vague de bonheur familial qui blesse mon cœur… dystopies en ligne

Mon père. Je cours jusqu’à lui… Je suis toute petite. Il s’est fortement penché, ses bras en avant prêts à m’attraper et m’enlacer… Ses yeux animés de petites flammes cherchent dans les miens. Brusquement le feu s’éteint, son regard s’endurcit ; son esprit s’assombrit en pensant « Une si frêle enfant ! Décidément, elle me ressemble si peu ! ». Et il s’écarte… dystopies en ligne

Il n’a jamais plus eu d’élan vers moi. Et pendant longtemps, je n’ai plus lu dans ses pensées. dystopies en ligne

dystopies en ligne

Une voix derrière moi me tire de mes songes : dystopies en ligne

–          Approchez mes enfants ! Vous allez être au paradis ici ! Je m’appelle Edith et je vous ai concocté quelques jeux dont vous me direz des nouvelles !

Ces paroles ironiques susurrées sur un ton mielleux sortent de la bouche d’une sorte de géante qui se tenait à côté de la porte et admirait l’effet de ses « jouets » sur notre groupe. Elle se frotte les mains et en guise de sourire, montre des dents qui partent en avant, à la mode Cro-Magnon, une version de Ruddy au féminin en quelque sorte ! Cela a pour effet de faire tomber net la bonne humeur ambiante ! Edith jubile. Elle sait qu’elle a semé le doute dans tous les esprits. Ses pensées forment des spirales violettes empoisonnées et son sourire devient sadique lorsqu’elle nous invective : dystopies en ligne

–          Allez les petits ! Chacun un sac à dos, rose pour les filles, bleu pour les garçons. Servez-vous ici. Vous les remplissez de cailloux, et quand vous n’arrivez plus à en ajouter, vous complétez les interstices avec du sable. Allez, on se dépêche, hop, hop, hop… Ensuite vous courez le plus vite possible, et votre temps de parcours va s’afficher à la sortie. dystopies en ligne

Sans faire de bruit, les Sages sont apparus au fond de la salle et la tension est montée. dystopies en ligne

Même avec un sac à dos rose, qui a, en fait, une contenance plus faible que les bleus, j’ai bien du mal à avancer. Le ton ironiquement maternel d’Edith a le don de nous porter sur les nerfs. Le parcours se révèle extrêmement épuisant. Très peu s’en sortent. Beaucoup comme moi n’arrivent qu’à marcher. A ma grande surprise, je ne suis pas la dernière sur la ligne de course. Puis j’arrive à la fosse. En sautant au fond, je me rends compte qu’elle est remplie de boue. J’en ai jusqu’aux cuisses, et arrive à peine à la traverser. Mais remonter le mur lisse, la boue collée sur moi, s’avère totalement impossible avec mon sac à dos. Je l’enlève et tente de l’envoyer en haut du mur, comme j’ai vu faire mes prédécesseurs. Mais je n’ai pas appris à lancer un sac plein de cailloux à cette hauteur ! Manque de forces : c’était la conclusion de tous mes rapports d’évaluation sur Aurore. Auquel était juxtaposé : querelleuse et têtue. Rien qui ne puisse me servir à sortir de ce trou. dystopies en ligne

Je suis encore en train de lancer ce sac avec rage lorsqu’Edith s’allonge devant la fosse pour venir me récupérer : dystopies en ligne

–          Nos Vénérables Sages t’auraient-ils recrutée uniquement sur tes beaux yeux ? dystopies en ligne

Et elle me tend une main, que j’agrippe. Cela lui suffit pour me faire remonter tout le mur de fosse que je finis par enjamber. Je veux lâcher sa main ; elle resserre et écrase mes doigts à me faire mal. Lorsque je croise son regard, un mot se forme dans son esprit : « marionnette ». Et elle me tire le bras pour m’entraîner devant mes camarades, un sourire immense aux lèvres : dystopies en ligne

–          Regardez tous. Voici la perdante du jour ! dystopies en ligne

Soudain, les volutes de ses pensées se mettent à tourbillonner violemment ; des arabesques violettes dans une fumée noire qui s’emmêlent à toute vitesse, puis forment petit à petit une image : mon visage, crispé de douleur, hurlant d’effroi ! Elle croise le regard des Sages et se fige, comme prise en flagrant délit d’envies coupables. dystopies en ligne

Alors, lentement, les Sages font oui de la tête ; son sourire remonte sur ses lèvres, sa main broie la mienne à m’arracher des larmes, et elle me tire violemment jusqu’à une paroi noire et immense qui coupe cette salle. dystopies en ligne

De très près, on peut distinguer une petite porte à battant à ras du sol, pas plus haute qu’une chatière. Edith est au sommet de sa jubilation, ma main tremblante toujours serrée dans la sienne. dystopies en ligne

–          Laissez-moi vous présenter mon labyrinthe. Ce n’est pas à proprement parler une épreuve d’entraînement. Ce serait plutôt une sorte de « cachot moderne » pour têtes brûlées… Regarde bien Gabrielle. Pour ceux qui ont l’habitude d’aller « au trou », sachez qu’ici, ce qui est plus amusant, c’est que la durée de « détention » dépend de vous, et que si on y a beaucoup moins de place que dans un cachot, en revanche on peut se déplacer plus… Le labyrinthe, c’est mon joujou préféré, alors j’espère que vous viendrez le tester… Cela me ferait très plaisir ! dystopies en ligne

Edith s’arrête, me regarde, regarde les autres. Silence complet et stupeur. dystopies en ligne

–          Ruddy vous attend pour le test suivant, même pont, couloir quatre, porte cinq. Rompez !

Il est campé au milieu de la salle, prêt à se battre. Il me fait signe d’approcher. Pas besoin de lire dans son esprit ! Son corps parle de lui-même et dégage une espèce de brutalité primaire qui déclenche chez moi le degré de rage maximum. Je le déteste d’instinct. Il lit mon nom sur une grande liste : dystopies en ligne

–          Gabrielle d’Aurore ; pilote de chasse… C’est exact ? dystopies en ligne

–          Oui.

–          « Oui, chef Ruddy ». dystopies en ligne

–          …

–          Tu dois dire « oui, chef Ruddy ».

Rien ne sort de ma bouche. Pas possible. Pas tant que je n’ai pas canalisé ma rage. Ses yeux s’allument. Il y règne une étrange confusion qui me glace.

–          Une forte tête… Ça ne m’étonne pas d’une pilote. Vous vous croyez toujours au-dessus du lot ! dystopies en ligne

Il tourne maintenant autour de moi, le sourire aux lèvres, me regarde de haut en bas, comme s’il allait prendre mes mesures pour un costume. Je ralentis ma respiration pour me calmer et reste stoïque, prête à encaisser des paroles et des coups. dystopies en ligne

–          Tu me parais bien fluette, même pour une pilote… Tu as des tous petits bras sans muscle. dystopies en ligne

En disant cela, il me pince les coudes. Puis, il se met à sourire à l’évocation d’un de ses souvenirs qui s’allume dans son esprit : des images sporadiques de champ de bataille… de bagarres sanglantes en noir et blanc… Une horde sauvage a pris en chasse un groupe d’hommes ivres de peur, qui s’enfuient vers un village. Un visage fou, crispé par la haine, poing levé, le chef de la horde, hurle de charger et saccager… j’ai l’impression de connaître ce visage, pourtant je n’arrive pas à y mettre un nom… Ruddy obéit à la voix de violence et lâche ses impulsions sanglantes sur les villageois… Une fille, soudain, fait irruption dans son champ de vision, le teint blême, les yeux pleins d’effroi, le corps frêle. Elle sait qu’elle est à sa merci… Une onde de joie sauvage parcourt son cerveau. Puis une voix derrière Ruddy : « C’est moi qui décide. Celle-là, tu ne l’auras pas ». Une lame traverse son champ de vision, tranche le cou de la fille. Une gerbe de sang noir. Plus rien que du noir. dystopies en ligne

 

 

Episode 8                                   Retour vers la bibliothèque                                     Episode 10 (parution le 10/12/17)

 

Ce roman vous plait? Alors parlez-en autour de vous. Le bouche à oreille, c’est encore mieux que Google!

Et n’hésitez pas à me laisser un gentil commentaire : ce sera ma meilleure récompense.

 

Voici la liste des épisodes et leur date de parution sur le blog :

épisode 1du 1/12                  épisode 8 du 8/12                 épisode 15 du 15/12                épisode 22 du 22/12

épisode 2 du 2/12                 épisode 9 du 9/12                 épisode 16 du 16/12                épisode 23 du 23/12

épisode 3 du 3/12                 épisode 10 du 10/12              épisode 17 du 17/12               épisode 24 du 24/12

épisode 4 du 4/12                 épisode 11 du 11/12               épisode 18 du 18/12               épisode 25 du 25/12

épisode 5 du 5/12                 épisode 12 du 12/12               épisode 19 du 19/12

épisode 6 du 6/12                 épisode 13 du 13/12               épisode 20 du 20/12

épisode 7  du 7/12                épisode 14 du 14/12               épisode 21 du 21/12

dystopies en ligne
MagnusMens roman gratuit épisode 9

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.