Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

de Harper Lee

Un roman culte américain qui a marqué toute une époque en pleine ségrégation, en hommage à son auteur décédée il y a quelques semaines.

 

Thème :

Tolérance, justice,  ségrégation raciale, procès, enfance, racisme, Alabama, Amérique, années 30

L’intrigue :

Les années 30, Maycomb en Alabama, c’est la vie rurale, la récession et la ségrégation entre blancs et noirs. Atticus Finch est veuf et élève seul ses enfants  Scout et Jem. Scout Finch a 6 ans ; elle aime suivre son grand frère et jouer avec lui comme un garçon manqué. Lorsque son père, avocat intervient dans un procès où il défend un noir contre les accusations d’une blanche, la vie de Scout et de sa famille change radicalement. Sous ses yeux, la petite ville va s’enflammer, et bouleverser son insouciance. Elle nous raconte avec ses yeux d’enfant, son esprit anti conventionnel et son caractère bagarreur.

 

3 bonnes raisons de lire   » Ne tirez pas sur l’oiseau-moqueur  » :

  • Bouleversant : c’est le premier mot qui vient à l’esprit quand on pense à ce livre. Scout nous raconte cette histoire. C’est une petite fille espiègle, intelligente et que son père a élevée dans le respect d’autrui. Avec ses mots simples et percutants, son esprit non formaté par les codes sociaux de l’époque, elle nous fait d’autant plus toucher du doigt les préjugés, les peurs, les stupidités humaines qui mènent au racisme. Scout s’éveille au monde des adultes et marque notre conscience.
  • Les personnages sont très attachants : Scout est la petite fille qu’on aurait aimé être ou avoir. Débrouillarde, maline, elle n’a pas peur de prendre position, et elle le fait avec toute sa tendresse et sa fraîcheur d’enfant, mais aussi parfois avec mordant. Son père Atticus, intègre et rigoureux, veut être un modèle pour ses enfants : il leur inculque la tolérance, la justice et la libre pensée par sa conduite, et va jusqu’au bout de ses idées, quoique cela lui en coute.
  • Ce roman nous dépeint admirablement l’ambiance des années 30 : défendre un noir injustement accusé d’agression sur une blanche est un défi, car l’issue d’un tel procès à cette époque est scellée d’avance, surtout dans l’Alabama.

 

Anecdotes à raconter à la machine à café :

Ce roman sort en 1960 en pleine lutte pour les droits civiques des noirs. Son succès est retentissant et il reçoit le prix Pulitzer en 1961. Harper Lee rêvait d’être la Jane Austen de l’Alabama. Jusqu’en 2015 ce sera son seul roman, mais quel succès ! Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur est devenu un grand classique de la littérature américaine et est mondialement connu. Le roman sera vendu à plus de 40 millions d’exemplaires.

Pourquoi un tel titre ?

 « Tuer un oiseau moqueur est un péché », dit le proverbe américain. Ces petits passereaux, si répandus dans le Sud des États-Unis, charment par leur chant. Ils symbolisent l’innocence, la fragilité et la beauté. Tuer un oiseau moqueur, c’est s’en prendre sans raison au plus faible, sans défense ; c’est accuser un noir de crimes qu’il n’a pas commis, c’est s’en prendre à des enfants…  

Ces jours-ci, est paru « the messenger », documentaire sur la disparition progressive des oiseaux sur notre planète. Une autre version du proverbe américain…

The messenger – 2016

L'oiseau moqueur est le symbole de l'innocence sans défense, de la pureté fragile qu'il faut protéger des prédateurs. Un symbole qui porte le roman avec poésie.
L’oiseau moqueur est le symbole de l’innocence sans défense, de la pureté fragile qu’il faut protéger des prédateurs.

Envie de lire  » Ne tirez pas sur l’oiseau-moqueur  » tout de suite? Suivez le lien vers le livre :

 » Ne tirez pas sur l’oiseau-moqueur  » vous a plu? Pour aller plus loin,

Pour en savoir plus sur le roman :

Voici un extrait audio du début du roman pour en apprécier le style simple et vous donner envie de tout découvrir :

écoutez l’oiseau moqueur!

 

De cet ouvrage d’Harper Lee , magistral par sa poésie, son ampleur et sa lucidité, un film a été tiré, en 1962: « Du silence et des ombres » de Robert Mulligan qui reçut trois oscars dont un attribué à Gregory Peck pour le rôle d’Atticus.

En voici la bande annonce :

Regardez l’oiseau moqueur

Un film a été tiré du roman "ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" en 1962: "Du silence et des ombres" de Robert Mulligan qui reçut trois oscars dont un attribué à Gregory Peck pour le rôle d'Atticus.
Gregory Peck incarne Atticus Finch dans le film issu du roman « ne tirez pas sur l’oiseau moqueur ».

Pour en savoir plus sur son auteur Harper Lee :

Nelle Lee, dite Harper Lee, née le 28 avril 1926 à Monroeville dans l’Alabama.

Son père, Amasa Lee, est avocat et éditeur d’un Journal. Il présente de nombreuses ressemblances avec Atticus Finch, le père de la narratrice dans Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur. Enfant, Lee était une lectrice précoce. Elle était amie avec son voisin et camarade d’école Truman Capote.

Après ses études secondaires, elle fait de 1945 à 1949 des études de droit à l’université d’Alabama, qu’elle décide d’arrêter pour aller vivre à New York avec l’intention de devenir écrivain.

En 1957, elle présente un premier manuscrit plus proche du recueil de nouvelles que du roman à son agent. Sur les conseils de ce dernier, elle développe, durant deux ans et demi, l’une de ces nouvelles pour en faire un roman qui sortira en 1960 sous le titre de To Kill a Mockingbird (traduction française : Ne tirez pas sur l’oiseau-moqueur)

Truman Capote l’entraîne en 1959 dans l’écriture d’un roman sur un quadruple meurtre, qui va devenir De sang-froid (In Cold Blood). Elle l’accompagne à Holcomb (Kansas) pour l’aider dans ses recherches. Elle l’assiste pendant les entretiens, jouant notamment un rôle apaisant auprès de ceux qui étaient surpris de la personnalité excentrique de Capote. Elle est toujours là pour encourager l’écrivain lorsqu’il menace d’abandonner un projet aussi ample et épuisant. Capote la cite en la remerciant pour son « travail de secrétaire » et lui dédie le roman.

Puis, écrasée par la pression que le succès de son premier livre faisait peser sur ses épaules, elle restera très longtemps en retrait de la vie publique, ne publiant rien. En 2007, le président George W. Bush lui remet la médaille présidentielle de la Liberté pour sa contribution à la littérature.

Harper Lee et le president George W. Bush lors de sa remise de la médaille de la liberté.
Harper Lee et le président George W. Bush lors de sa remise de la médaille de la liberté.

Après un silence de 55 ans, elle sort enfin en 2015 un nouveau roman : Va et poste une sentinelle (titre original : Go Set a Watchman). Il s’agit de la suite du roman Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur. Le titre du livre est une référence au Livre d’Isaïe. Le roman suit le personnage de Scout Finch, désormais adulte, qui voyage de New York à Maycomb en Alabama pour rendre visite à son père, Atticus Finch, près de vingt ans après les événements de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur.

article sur la parution de ce dernier roman

Harper Lee décède le 19 février 2016 dans l’Alabama.

article du monde lui rendant hommage à sa mort

Portrait de Harper Lee
Portrait de Harper Lee

Envie de lire d’autres romans classiques de la littérature? Voici mes propositions :

 

Retour vers la bibliothèque

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Exprimez-vous! Un avis à donner sur un roman, une demande particulière? Ecrivez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.